Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

FRANCE

Orange se prend les pieds dans Hadopi

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/06/2010

Anticipant la loi Hadopi, l’opérateur Orange propose un logiciel de filtrage contre le téléchargement illégal. Mais quelques jours seulement après sa mise en circulation, des internautes qualifient déjà le programme de vaste blague.

Hadopi est décidément maudit. Cette fois-ci, c’est Orange qui se prend les pieds dans le controversé dispositif de chasse au téléchargement illégal. Alors que l’organisme public Hadopi n’a pas encore commencé à envoyer des mails d’avertissement, l’opérateur téléphonique et fournisseur d’accès à Internet a voulu aller plus vite que la musique. Orange propose depuis vendredi, pour cinq euros par mois, un logiciel de "sécurisation" de sa connexion, censé protéger l’internaute contre les agissements de vilains pirates.

En effet, Hadopi peut sévir dès qu’un téléchargement illégal est décelé. Et qu’importe si le propriétaire de l’ordinateur incriminé a été victime d’un piratage de sa connexion. Orange a donc flairé le nouveau filon commercial. Son logiciel anti-téléchargement doit justement protéger l’internaute honnête contre les détournements de connexion.

Un blocage "en gros" un poil radical ?

Mais quelques jours seulement après sa mise en place, des internautes dénoncent cette nouvelle option qualifiée de vaste blague pour diverses raisons. Tout d’abord, le logiciel ne remplit pas sa fonction : il protège les ordinateurs, mais sûrement pas les connexions. En fait, il permet de bloquer certains sites internet, dont la liste demeure secrète, connus pour donner accès à des contenus illégaux et c’est tout. En d’autres termes, un pirate peut toujours détourner une connexion et télécharger en toute illégalité grâce à des sites qui n’ont pas encore été recensés sur la liste noire d’Orange.

De plus, les sites et logiciels P2P (permettant l’échange de fichiers d’ordinateur à ordinateur) ainsi mis à l’index ne proposent pas que du contenu illégal et ce blocage "en gros" semble à certains internautes un peu trop radical.

Surtout, le logiciel de sécurisation est en lui-même tout sauf sûr… En effet, dès dimanche, des bidouilleurs informatiques ont découvert que les adresses IP (identifiant d’un ordinateur) des personnes ayant installé le programme d’Orange étaient disponibles sur le Net. Averti, Orange s’est dit "victime d’une intrusion" et s’est empressé de corriger cette faille. Dorénavant, on peut enfin installer le logiciel sans que le monde entier soit au courant.

Ou alors on peut installer une version légèrement modifiée… En effet, le programme a déjà été "cracké". Il circule sur le Net une version qu’on peut librement configurer pour continuer à avoir accès à des sites de téléchargement illégaux tout en donnant l’impression d’être le plus honnête des internautes. Les pirates vont-ils finir par dire merci à Orange ?

Crédit photo : Antonin Moulard

Première publication : 15/06/2010

  • INTERNET

    Le Conseil constitutionnel valide la loi Hadopi 2

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)