Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Amériques

Selon Barack Obama, "il est temps d'adopter les énergies propres"

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2010

Le président américain Barack Obama a estimé mardi que la "tragédie" de la marée noire montrait que "le temps d'adopter les énergies propres est venu", lors d'un discours solennel dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

AFP - Le président américain Barack Obama a estimé mardi que la "tragédie" de la marée noire montrait que "le temps d'adopter les énergies propres est venu", lors d'un discours solennel dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.


"La tragédie qui touche nos côtes est un rappel douloureux et fort que le temps d'adopter les énergies propres du futur est venu", a-t-il dit.

"Le moment est venu (...) de se lancer dans une mission nationale pour libérer l'innovation américaine et de s'emparer de notre propre destin", a-t-il tout de suite ajouté.

La "grande leçon" de la marée noire, "c'est que les forages pétroliers entraînent désormais de plus grands risques, quelle que soit la régulation" qui encadre le secteur.

"Nous consommons 20% du pétrole mondial mais nous ne possédons que 2% des réserves mondiales", a-t-il dit. Ce manque de réserves constitue "l'une des raisons pour lesquelles les compagnies pétrolières sont amenées à forer à plus de 1.500 m de profondeur", comme ce fut le cas pour la plateforme Deepwater Horizon dont l'explosion est à l'origine de la marée noire, a-t-il dit.

"Pendant des décennies, nous avons connu l'époque du pétrole pas cher et facile. Pendant des décennies, nous avons parlé sans fin de la nécessité de mettre fin à la dépendance séculaire de l'Amérique au pétrole. Et pendant des décennies nous n'avons pas réussi à agir", a-t-il asséné.

"Les conséquences de notre inaction nous sautent maintenant au visage. Des pays comme la Chine investissent dans les emplois et l'industrie liés aux énergies propres que nous devrions avoir ici en Amérique. Chaque jour nous envoyons un milliard de dollars à des pays étrangers pour leur pétrole. Et aujourd'hui, nous voyons un mode de vie entier qui est menacé par un nuage de brut effrayant", a-t-il ajouté.

Barack Obama "n'accepte pas" l'idée selon laquelle la "mission nationale" qu'il appelle de ses voeux, serait un "défi trop grand et difficile".

"On avait dit la même chose de notre capacité à fabriquer suffisamment d'avions et de chars pendant la Seconde guerre mondiale" ou "de notre capacité (...) à faire atterrir un homme en toute sécurité sur la surface de la lune", a-t-il dit en précisant que ce qui définit l'Amérique, "c'est notre volonté de nous battre pour l'Amérique que nous voulons pour nos enfants".

Barack Obama s'adressait à la nation à partir du bureau ovale de la Maison Blanche après avoir visité lundi et mardi les Etats côtiers du sud touchés par la fuite de pétrole et avant de recevoir mercredi les dirigeants de BP à Washington.

 

Première publication : 16/06/2010

  • MARÉE NOIRE

    Les concurrents de BP accablent la compagnie britannique devant le Congrès

    En savoir plus

  • INDUSTRIE PÉTROLIÈRE

    L'agence de notation Fitch abaisse la note de BP

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama compare la marée noire à un 11-Septembre écologique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)