Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

FOCUS

L'Inde, paradis des startups

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marine Le Pen au Tchad

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

FRANCE

De nouveaux documents relatifs à l'attentat de Karachi vont être déclassifiés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2010

la Commission consultative du secret de la défense nationale a donné son feu vert à la déclassification de nouveaux documents relatifs à l'attentat de Karachi dans lequel 11 employés de la DCN avaient été tués, le 8 mai 2002.

AFP - La Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN) a rendu jeudi un avis favorable à la déclassification de nouveaux documents demandés par les juges en charge du dossier de l'attentat de Karachi en 2002, a-t-on appris de source proche du dossier.

Cet avis devait être transmis à Hervé Morin, à charge pour le ministre de la Défense de donner l'ultime feu vert.

Le ministre a plusieurs fois affirmé qu'il suivrait les avis rendus par la commission comme il l'a fait constamment.

Parmi les nouveaux documents soumis à la commission, figurent deux rapports du contrôle général des armées ainsi que le contrat Agosta (la vente de trois sous-marins Agosta au Pakistan conclue en 1994, ndlr) et ses annexes, avait indiqué M. Morin à l'AFP le 12 mai.

Six familles de victimes de l'attentat contre des salariés de la Direction des constructions navales (DCN) perpétré à Karachi en 2002 ont déposé plainte afin qu'un juge d'instruction enquête sur des soupçons de malversations financières en marge d'un contrat signé par la DCN et de rétrocommissions.

Les juges parisiens chargés de l'enquête antiterroriste ont réorienté leurs investigations vers l'hypothèse de représailles pakistanaises après l'arrêt des versements de commissions sur le contrat.

Première publication : 17/06/2010

  • FRANCE

    Un rapport parlementaire n'exclut pas le lien entre l'attentat de Karachi et l'arrêt des commissions

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'enquête sur l'attentat de Karachi engluée dans la politique

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Balladur s'est expliqué devant la mission parlementaire sur les attentats de Karachi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)