Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel : gouvernement de combat ou équipe de campagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie : accord fragile, situation humanitaire précaire

En savoir plus

TECH 24

Épiderme 3D, actrice bionique : la tech à fleur de peau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris est-elle vraiment une fête ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute des bourses : le spectre de 2008 plane sur les marchés

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Nabil Ayouch

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaires américaines : que proposent les candidats ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : le fantôme de Franco hante toujours l’Espagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ludovic Tézier dans "Il Trovatore" de Verdi à l'Opéra Bastille

En savoir plus

Amériques

Le Congrès américain tance Tony Hayward, le patron de BP

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/06/2010

À son tour, Tony Hayward, le directeur général de BP, a dû affronter la colère du Congrès américain, qui l'a accusé d'avoir pris des risques excessifs et inconsidérés pour faire des économies.

REUTERS - Le directeur général de BP Tony Hayward a affronté à son tour jeudi la colère du Congrès américain, lors de son audition par une commission de parlementaires qui a accusé le géant pétrolier d'avoir pris des risques excessifs, déclenchant ainsi la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis.

"Sous votre direction, BP a pris les risques les plus exagérés", a dit le démocrate Henry Waxman au début de l'audition. "BP a pris des raccourcis pour économiser un million de dollars par-ci et quelques heures ou jours par-là. Et maintenant l'ensemble du golfe (du Mexique) en paie le prix."

Ces déclarations ont donné le ton d'une séance difficile pour Tony Hayward, dont les bévues, le peu de sensibilité et la volonté de minimiser l'ampleur de la catastrophe ont heurté l'opinion. A cela s'ajoute le fait que la perspective des élections de mi-mandat de novembre prochain aiguise les prises de position des parlementaires.

Les membres de la commission parlementaire ont reproché au groupe pétrolier basé à Londres d'avoir ignoré les mises en garde des entreprises partenaires et de ses propres employés, et choisi l'option de forage la plus rapide et la moins onéreuse, qui augmentait pourtant le risque de rupture du puits.

"PUITS DE CAUCHEMAR"

"Nous avons appris que les responsables de BP avaient reçu à plusieurs reprises des signaux faisant comprendre qu'il s'agissait - selon les termes d'un employé - d'un puits de cauchemar", a relevé le démocrate Bart Stupak.

La déclaration préliminaire de Tony Hayward, durant laquelle il s'est dit "profondément désolé", a été interrompue par une femme dont les mains étaient peintes en noir et qui a crié à tue-tête: "Vous devriez être poursuivi pour crime, Tony." Après une lutte avec la police, elle a été évacuée de la salle.

Le directeur général de la compagnie pétrolière a déclaré que BP faisait tout son possible pour contenir la marée noire consécutive à l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon, qui a fait onze morts le 20 avril.

"L'explosion et l'incendie de Deepwater Horizon, ainsi que la marée noire qui s'en est suivie, n'auraient jamais dû se produire et je suis profondément désolé que cela ait été le cas", a dit Tony Hayward.

Dans une déposition écrite soumise au comité, le patron de BP estime qu'il est trop tôt pour expliquer les causes de cet "accident complexe" dans lequel "un certain nombre de compagnies, dont BP, sont impliquées", suggérant que c'est le secteur pétrolier dans son ensemble qui doit s'améliorer.

Bob Abbey, qui dirige le service fédéral de gestion des minerais, a par ailleurs indiqué lors de son audition par une autre commission du Congrès que les compagnies pétrolières devraient "sans aucun doute" passer en revue et amender leurs plans d'action pour faire face aux marées noies au regard de ce qui s'est passé dans le golfe du Mexique.

Pendant que Tony Hayward était entendu à Washington, les efforts se poursuivaient en mer pour collecter le pétrole qui continue à s'échapper du puits endommagé.

Un deuxième système de confinement qui permettrait de porter la capacité de captage à 28.000 barils par jour a été mis en place mercredi.

Selon l'amiral des garde-côtes Thad Allen, chargé de superviser les opérations de lutte contre la marée noire pour le gouvernement, la quantité de pétrole récupérée devrait s'élever à 28.000 barils par jour "en début de semaine prochaine" grâce à ce nouveau système, contre 18.600 barils pour la journée de mercredi.

Selon une nouvelle estimation, le volume total de fuite est de l'ordre de 35.000 à 60.000 barils par jour (soir 5,56 à 9,52 millions de litres).

Le groupe pétrolier a accepté mercredi de créer un fonds de 20 milliards de dollars pour couvrir les dommages causés par la marée noire.

L'accord sur la création de ce fonds de réserve a été annoncé mercredi par le président Barack Obama après quatre heures de discussions entre responsables de l'administration américaine et représentants de la compagnie BP.

Quelque 190 kilomètres de côtes ont été souillées, l'industrie de la pêche et le secteur du tourisme ont été lourdement pénalisés, tandis que la faune et la flore du golfe du Mexique et des Etats côtiers sont en péril.

Première publication : 17/06/2010

  • MARÉE NOIRE

    BP consacrera 20 milliards de dollars au dédommagement des victimes

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    Les concurrents de BP accablent la compagnie britannique devant le Congrès

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)