Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

FRANCE

La France aussi s’en prend à Google Street View

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/06/2010

Le service de Google est épinglé dans un rapport de la Cnil pour avoir collecté des données privées sur des réseaux wi-fi de particuliers. Cette mise en cause n’est que la dernière d’une longue série pour Google Street View.

Encore une mise en cause de Google pour son service Street View. Après plusieurs pays européens, c’est au tour de la France, par l’intermédiaire de la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés), de dénoncer la collecte de données privées effectuée par le géant américain d’Internet. Le président de l’organisme Alex Türk a constaté, lors de la remise du rapport jeudi, que "des mots de passe associés à des adresses IP et des extraits de messages électroniques avaient été récupérés" par la société.

 

En cause : les petites voitures Google qui circulent un peu partout dans le monde, depuis trois ans, pour prendre des clichés des rues et ainsi améliorer certains services comme Google Maps ou Latitude. Ces véhicules disposent d’un équipement permettant de scanner les connexions wi-fi alentours, officiellement pour tester l’infrastructure internet existante. Mais au passage des données personnelles et des adresses IP provenant de réseaux wi-fi sans mot de passe ont également été collectés.

Mauvaise volonté

Par erreur ou volontairement ? Car telle est bien la question qui se pose dans un certain nombre de pays qui, à l’instar de la France, ont demandé des comptes à Google. De l’Allemagne à l’Australie, en passant par l’Irlande ou les États-Unis, les procédures s’accumulent depuis début mai. En tout, Google aurait collecté près de 600 gigabytes de données personnelles. Face à cette déferlante, le géant de Mountain View ( en Californie) a semblé être pris de court et a eu du mal à faire coïncider son discours officiel et ses actes.

Lorsque plusieurs pays européens (Italie, Irlande, France, Allemagne) lui demandent, mi-mai, de leur fournir des documents sur les données captées par les "Google cars", le groupe traîne des pieds. En fait, le groupe dont le slogan officiel est "don’t be evil" ("ne pas être méchant") ne s’exécute qu’après la date limite fixée par les autorités allemandes et attendra que la France lui envoie une mise en demeure officielle.

Une mauvaise volonté très éloignée de son discours. Dès le 15 mai, Google écrit sur son blog que cette collecte avait été faite "par erreur" et que ces données "ne seront pas utilisées". Le co-fondateur de Google, Sergeï Brin, et le pdg, Eric Schmidt, avouent même dans la foulée avoir "merdé".

Enquête criminelle

Le mastodonte se fait donc tout petit et humble. Après le torrent de protestations soulevé par les ex-nouvelles règles de Facebook, aucun groupe n’a en effet envie de se retrouver au centre d’un nouveau scandale ayant trait au respect de la vie privée.

Et puis Google fait, dans cette affaire, l’objet d’une enquête criminelle en Australie. Le ministre des Communications, Stephen Conroy, a même jugé que le groupe "donnait la chair de poule". Aux États-Unis , qui représentent le marché de prédilection de Google, les choses s’enveniment aussi. Depuis fin mai, plusieurs États américains, dont l’Oregon et le Massachussetts, visent Google pour violation de la vie privée. La FTC, la police du commerce aux États-Unis, serait sur le point d’ouvrir une enquête.

Première publication : 18/06/2010

COMMENTAIRE(S)