Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

Culture

Le prix Nobel portugais José Saramago est décédé à l'âge de 87 ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2010

Le Portugais José Saramago, prix Nobel de littérature en 1998, s'est éteint à l'âge de 87 ans à Lanzarote, une île des Canaries, selon la porte-parole de sa maison d'édition en Espagne. Il a également écrit des livrets d'opéra.

AFP - Excessif et révolté, l'écrivain et prix Nobel de littérature portugais José Saramago est mort sereinement vendredi à 87 ans entouré des siens sur l'île espagnole de Lanzarote, laissant une oeuvre marquée par une imagination débordante et un goût prononcé pour la polémique.

L'auteur de "Le Dieu Manchot", "L'Evangile selon Jésus Christ" ou "Le Radeau de Pierre" est "parti d'une façon sereine et tranquille, entouré de sa famille, des suites d'une défaillance organique multiple, après une longue maladie", a annoncé un communiqué de sa Fondation.

Victime d'une pneumonie en 2008, Saramago avait été hospitalisé à plusieurs reprises depuis lors, continuant toutefois d'écrire des romans mais aussi de crier son indignation sur l'état du monde.

Ardent défenseur des déshérités et des opprimés, adversaire virulent de l'ancien président américain George W. Bush comme du chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, Saramago avait fait siennes les causes saharaouie et surtout palestinienne, allant jusqu'à comparer Ramallah à Auschwitz lors d'une visite en 2002 en Cisjordanie.

En rupture avec son pays après le scandale provoqué en 1992 dans les milieux catholiques par son "Evangile", qui dépeignait Jésus perdant sa virginité avec Marie-Madeleine, Saramago s'était "exilé" l'année suivante aux Canaries en compagnie de sa deuxième épouse, Pilar del Rio.

Réconcilié depuis avec ce fils toujours rebelle, le Portugal a décrété deux jours de deuil national, samedi et dimanche, pour rendre hommage au seul écrivain du pays à avoir reçu le prix Nobel, en 1998.

"José Saramago a été l'auteur portugais contemporain le plus traduit, avec des livres édités dans le monde entier", a souligné le gouvernement socialiste, réuni vendredi soir en conseil des ministres extraordinaire.

"José Saramago restera une référence de notre culture dont la vaste oeuvre littéraire doit être lue et connue par les générations à venir", avait auparavant déclaré le président de centre-droit, Anibal Cavaco Silva, catholique pratiquant, peu suspect de sympathie politique avec l'écrivain, notoirement communiste et anticlérical.

Au nom du Parti communiste portugais, son secrétaire général, Jeronimo de Sousa, a fait part de son "immense douleur" après la mort de ce "grand militant" qui avait adhéré au parti dès 1969, sous la dictature d'Antonio Salazar.

En Espagne, le chef du gouvernement socialiste, José Luis Zapatero, a rendu hommage à un écrivain considéré comme "l'un des nôtres" et qui a souvent porté "la voix des plus faibles".

Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, a lui aussi salué un "homme engagé en faveur des libertés".

Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a qualifié de "perte" pour la communauté lusophone la mort de Saramago. "La communauté lusophone est très fière de ce qu'a apporté son talent pour grandir notre langue", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Pour le président de l'Union des écrivains et des artistes cubains, Miguel Barnet, Cuba "perd un grand ami et la littérature universelle un exemple de moralité et de créativité pérenne".

La dépouille de Saramago sera rapatriée samedi à Lisbonne à bord d'un avion militaire portugais, avant d'être exposée dans une chapelle ardente à la mairie, jusqu'à son incinération prévue dimanche à la mi-journée.

Né le 16 novembre 1922 à Azinhaga, village du centre du Portugal, José Saramago a publié en soixante ans une trentaine d'oeuvres, des romans mais aussi de la poésie, des essais et des pièces de théâtre.

Depuis 2008, il alimentait régulièrement un blog dans lequel il commentait l'actualité et exprimait ses colères (http://caderno.josesaramago.org).

Vendredi, le blog de Saramago affichait un dernier message "Penser, penser", mis en ligne par sa Fondation et se concluant par ces mots : "il me semble que, sans idées, nous n'allons nulle part".

Première publication : 18/06/2010

COMMENTAIRE(S)