Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Amériques

Les excuses d’un député républicain à BP déclenchent une polémique

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2010

Un député républicain a déclenché une véritable tempête politique en présentant, devant le Congrès, ses excuses au PDG de BP. Les démocrates tentent de faire tourner la polémique à leur avantage.

Jeudi, toutes les têtes étaient tournées vers le Congrès, où le PDG de BP, Tony Hayward, était entendu. Mais vendredi, les conversations tournaient autour des déclarations de Joe Barton, un député républicain texan.

Ce qui s’annonçait comme un nouveau face-à-face houleux entre Hayward et les députés en colère a viré au bouillon lorsque Joe Barton, premier républicain à prendre la parole, a présenté ses excuses au grand patron du géant pétrolier britannique.

"J'ai honte de ce qui s'est passé à la Maison Blanche [jeudi]. Je vous présente mes excuses", a-t-il déclaré devant le Congrès. "C'est une véritable tragédie qu’une entreprise privée soit soumise à ce que j’appellerais une extorsion, une extorsion de 20 milliards de dollars", a poursuivi le député, faisant allusion à la somme que BP – sous la pression de Barack Obama - s’est engagée à verser aux victimes de la marée noire dans le golfe du Mexique.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Les républicains ont aussitôt condamné cette remarque. Les démocrates, eux, se régalent. L’intervention de Joe Barton arrive à point nommé pour retourner l’opinion publique, de plus en plus critique quant à la gestion de la crise par le président américain.

Les déclarations de Joe Barton devant le Congrès viennent étayer la triste réputation des républicains, souvent pointés du doigt pour accepter sans scrupules les liasses des compagnies pétrolières et gazières lors de leurs campagnes électorales. Barton a ainsi touché près d’un million et demi de dollars depuis 1990, selon le calcul établi par l’institut américain Center for Responsive Politics.

Après avoir été réprimandé par les leaders républicains, Joe Barton a présenté ses excuses et a affirmé regretter avoir utilisé le terme de "extorsion".

Les démocrates n’ont, par contre, pas lâché prise. Joe Barton leur a apporté sur un plateau d’argent l’occasion d’affaiblir leurs adversaires avant les élections de mi-mandat en novembre. Le comité national démocrate s’est empressé de poster sur YouTube une vidéo tournant en ridicule les excuses de Joe Barton. Robert Gibbs, porte-parole de la Maison Blanche, s’est rué sur Twitter pour l'accabler lui et les républicains en général. Le vice-président Joe Biden n’a pas été en reste, et, devant des journalistes, a qualifié de "scandaleux" les propos du député républicain.

Que les démocrates parviennent, ou non, à détourner les déclarations de Joe Barton à leur avantage en vue des élections de novembre, la classe politique vient indéniablement de trouver le nouveau "méchant" de la longue saga "marée noire".

Première publication : 19/06/2010

  • MARÉE NOIRE

    Le groupe pétrolier américain Anadarko accable BP

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    Le Congrès américain tance Tony Hayward, le patron de BP

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    BP reconnaît une série de "défaillances sans précédént"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)