Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Sports

Anelka renvoyé de l'équipe de France par la FFF après ses insultes

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2010

La Fédération française de football (FFF) a annoncé le renvoi d'Anelka de l'équipe de France, après ses insultes visant le sélectionneur Domenech. Exclu de sa première Coupe du monde, il doit quitter ce soir le camp des Bleus en Afrique du Sud.

REUTERS - Nicolas Anelka a plongé les Bleus davantage dans la tourmente à la Coupe du monde de football avec son exclusion samedi de l’équipe de France pour avoir insulté Raymond Domenech.

"Une atmosphère très lourde en conférence de presse"

Cette décision a été prise après le refus du joueur de s’excuser publiquement pour ses propos tenus à la mi-temps de la défaite 2-0 contre le Mexique jeudi qui a placé la France sous la menace d’une élimination prématurée.

Il devait quitter les Bleus samedi soir pour rentrer à Londres, où se trouve son club Chelsea.

Patrice Evra a dénoncé la présence d’un traître au sein de l’équipe de France après la divulgation samedi dans la presse de l’accrochage dans les vestiaires entre l’attaquant et le sélectionneur.

Le capitaine des Bleus et Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de football, ont tous deux jugé les propos d’Anelka inadmissibles mais ils ont affirmé qu’ils n’étaient pas les mêmes que ceux rapportés dans la presse. Ils ont cependant admis qu’ils en étaient proches tout en refusant d’en révéler la teneur exacte.

« Informé tard dans la soirée de vendredi de l’incident grave survenu durant la mi-temps du match France-Mexique, le président de la Fédération Jean-Pierre Escalettes a demandé à Nicolas Anelka, en présence du capitaine Patrice Evra, de présenter des excuses officielles à l’opinion publique française ainsi que de regretter ses propos devant Raymond Domenech, le staff et les 23 joueurs de l’équipe de France », écrit la FFF dans un communiqué.

Excuses au groupe

« Devant le refus du joueur de se livrer à des excuses publiques, il a pris la décision en plein accord avec le sélectionneur et les membres de la délégation officielle présents à Knysna d’exclure Nicolas Anelka du groupe », ajoute la Fédération.

Nicolas Anelka a tout de même présenté des excuses devant les autres joueurs et le sélectionneur, a précisé Jean-Pierre Escalettes en conférence de presse.

Patrice Evra a assuré que tous les joueurs souhaitaient voir l’attaquant rester avec eux.

D’après la version fournie par le président de la FFF,
Raymond Domenech a reproché à son attaquant de ne pas respecter les consignes qu’il lui avait données pour la première période du match contre le Mexique.

L’attaquant a alors prononcé des injures en retournant à sa place sans s’adresser directement au sélectionneur. Ce dernier a entendu les paroles d’Anelka mais il a poursuivi sa causerie devant le groupe avant d’aller informer l’attaquant qu’il ne retournerait pas sur le terrain pour la deuxième période.

Patrice Evra a rapporté avoir mis fin lui-même à l’échange entre les deux hommes.

"C’est ce traitre qu’il faut éliminer"

Pour le capitaine, cet incident est cependant moins grave que sa divulgation dans la presse.

« Le problème de l’équipe de France, ce n’est pas Anelka, c’est le traître qui est parmi nous. Comment ça a pu sortir dans la presse? C’est ce traître qu’il faut éliminer », s’est emporté Evra.

Il est resté silencieux lorsqu’il lui a été demandé si Anelka, qui s’est entraîné normalement vendredi, serait toujours en équipe de France si cette affaire n’était pas parue dans la presse.

A 31 ans, Anelka a inscrit 14 buts en 71 sélections avec les Bleus au cours d’une carrière mouvementée et marquée par de nombreux éclats, en équipe de France comme en club.

Cet attaquant au talent précoce avait ainsi refusé une sélection en 2003 quand Jacques Santini, alors à la tête des Bleus, l’avait convoqué pour pallier la blessure d’un autre joueur.

Arrivé en équipe de France dès 1998, à 19 ans, il a manqué trois coupes du monde avant de participer enfin à son premier Mondial, achevé prématurément et avec fracas.

Nicolas Anelka a pourtant été titulaire à la pointe de l’attaque lors des deux premiers matches de la France en Afrique du Sud, dans un rôle qui ne semble pas lui convenir.

Ces deux rencontres se sont soldées par un nul 0-0 contre l’Uruguay et une défaite face au Mexique et elles laissent la France au bord d’une élimination dès le premier tour.

Les insultes de Nicolas Anelka rappellent celles proférées par Eric Cantona contre Henri Michel en 1988. Non retenu pour un match de l’équipe de France, l’attaquant avait traité le sélectionneur de l’époque de “sac à merde”. Cantona n’avait plus été rappelé par Henri Michel jusqu’au limogeage de ce dernier quelques mois plus tard.

Première publication : 19/06/2010

  • COUPE DU MONDE 2010

    Nicolas Anelka, itinéraire d'un talent gâché

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    "On dirait que les Bleus sont au boulot, et que ce boulot les ennuie"

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    Les critiques sont unanimes après la performance désastreuse des Bleus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)