Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Amériques

Au moins sept policiers tués en marge du second tour de la présidentielle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2010

Sept policiers ont été tués et huit autres sont portés disparus à la suite de plusieurs attaques qui se sont déroulées en Colombie, dimanche, en marge du second tour de la présidentielle.

AFP - Sept policiers et quatre soldats ont été tués tandis que huit membres des forces de l'ordre étaient portés disparus à la suite de plusieurs attaques dimanche en Colombie, au moment où se déroulait le second tour de la présidentielle, a-t-on appris de sources officielles.

"Nous avons (à rapporter) un événement regrettable: l'attaque d'une patrouille de police à l'aide d'explosifs qui laisse un bilan de sept policiers tués et huit autres dont nous ne savons pas où ils sont. Ils ont disparu", a déclaré à la presse Margarita Silva, responsable de la sécurité du département Norte de Santander.

Le ministre de l'Intérieur Fabio Valencia a pour sa part fait état d'attaques dans ce département et dans deux autres (Meta et Antioquia) dans lesquelles quatre soldats ont été tués.

Les policiers ont été attaqués aux alentours de 11h00 locales (16h00 GMT) dans le département de Norte de Santander, qui se trouve non loin de la frontière avec le Venezuela.

Selon Margarita Silva, l'attaque, dont les auteurs à ce stade n'ont pas été identifiés, s'est produite alors que les policiers se déplaçaient près de la localité de Tibu. La responsable n'a pas donné de pistes sur le sort des huit policiers disparus.

L'attaque s'est produite à peine trois heures après l'ouverture des bureaux de vote, à 8h00 (13h00 GMT) pour le second tour de la présidentielle, qui oppose l'ancien ministre de la Défense, Juan-Manuel Santos, dauphin du président sortant Alvaro Uribe, à l'ex-maire de Bogota Antanas Mockus.

Jusque-là les autorités n'avaient pas fait état d'incidents majeurs venant perturber le scrutin, sécurisé par quelque 350.000 policiers et militaires.

La Colombie est toujours en proie à un conflit armé impliquant notamment deux guérillas - les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) et l'Armée de libération nationale (ELN, guévaristes).

La guérilla des Farc, active sur près de 50% du territoire, a mené près de 800 actions armées depuis le début de l'année, selon l'organisation Nuevo Arco Iris, qui observe le conflit.

Première publication : 20/06/2010

  • COLOMBIE

    Largement en tête, le dauphin d’Uribe fait mentir les sondages

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    "Le message de Mockus passe mal dans les campagnes colombiennes"

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)