Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Le patron de BP âprement critiqué pour s'être accordé une journée de relâche

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2010

Tandis que le pétrole se répand toujours dans le golfe du Mexique, Tony Hayward a assisté en famille, samedi, à une prestigieuse régate sur l'île de Wight. Une attitude qui "jette du sel sur les blessures" des victimes, selon Greenpeace.

AFP - Le directeur général de BP Tony Hayward a assisté samedi à une prestigieuse course de yachts de luxe en Grande-Bretagne, au lendemain de l'annonce qu'il allait abandonner la gestion quotidienne de la marée noire du Golfe du Mexique à un autre responsable du groupe pétrolier.

Le yacht "Bob", d'une valeur de 300.000 euros, dont M. Hayward partage la propriété avec deux autres personnes, a participé à la course JP Morgan Asset Management Round The Island, qui se dispute autour de l'île de Wight, au large de la côte méridionale de la Grande-Bretagne.

Le directeur général de BP a été vu en train de soutenir l'équipage de son yacht, selon les médias, mais le groupe pétrolier a refusé de confirmer sa présence.

"Nous n'imaginons pas faire de commentaires sur ce que le directeur général fait dans les rares moments de vie privée" qu'il s'accorde, a déclaré une porte-parole interrogée à propos de cette régate. Elle s'est contentée de souligner que M. Hayward passait du temps en compagnie de son fils.

Vendredi, le président de BP Carl-Henric Svanberg avait annoncé que M. Hayward allait transmettre la gestion des opérations au jour-le-jour dans le Golfe du Mexique à un autre responsable.

La présence de M. Hayward à cette course a suscité la fureur de plusieurs organisations de défense de l'environnement.

Pour Charlie Kronick de Greenpeace, l'attitude de M. Hayward "met du sel dans les blessures" de ceux qui ont été affectés par la marée noire.

Hugh Walding, un porte-parole des Amis de la Terre à l'île de Wight a estimé que l'affaire de la régate sera "perçue comme une nouvelle catastrophe en termes de relations publiques".

M. Hayward avait été interrogé jeudi par des parlementaires américains en colère lors d'une audition devant une commission de la Chambre des représentants enquêtant sur la catastrophe écologique.

Des élus américains ont accusé BP d'avoir négligé la sécurité sur sa plateforme qui a explosé le 20 avril à 80 km des côtes des Etats-Unis, provoquant la pire marée noire de l'histoire du pays.
 

Première publication : 20/06/2010

COMMENTAIRE(S)