Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Sports

Raymond Domenech nie tout "affrontement" avec Nicolas Anelka

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2010

Le sélectionneur de l'équipe de France assure que les insultes proférées contre lui par Nicolas Anelka sont dues à un simple "moment d'énervement". Il estime cependant que son exclusion de la Coupe du monde est "la bonne décision".

AFP - Le sélectionneur Raymond Domenech et Franck Ribéry, dans un vibrant playdoyer, se sont efforcés dimanche de rétablir l'image dévastée de l'équipe de France, le joueur du Bayern accusant "un traître" d'avoir divulgué dans la presse des incidents internes au groupe.

Sur le plateau de l'mission dominical Téléfoot de la chaîne de télévision française TF1, Domenech est d'abord apparu seul pour affirmer que les insultes que Nicolas Anelka lui a lancées à la mi-temps de France-Mexique (0-2) jeudi n'avaient "pas d'importance".

"Ce n'était pas un affrontement: on est dans un vestiaire, le sélectionneur dit quelque chose à un joueur qui est déjà sous pression, il peut avoir un moment d'énervement, il a des mots (...), a soutenu Domenech. Il n'a pas réagi de la façon la plus adaptée, mais c'est le mec qui marmonne dans son coin, ça n'a pas d'importance. Ca a pris de l'importance parce que c'est à la Une d'un journal, c'est de la vie interne du groupe."

L'incident, gardé secret par l'équipe de France, a été révélé samedi par le journal L'Equipe, qui a publié en Une la phrase injurieuse lancée par Anelka contre son sélectionneur, qui lui reprochait son positionnement tactique.

Pour autant, Domenech estime que la décision de la Fédération française d'exclure Anelka du groupe "est la bonne décision". "J'ai mal pour tous ces enfants pour qui l'équipe de France représente quelque chose, il (Anelka) n'a pas le droit de dire des choses pareilles".

Alors que le sélectionneur tentait de revenir au football, en soulignant que la France n'est pas encore éliminée du Mondial et que le match contre l'Afrique du Sud le 22 juin pourra être encore décisif, Ribéry a fait son apparition sur le plateau de Téléfoot, apparemment de son propre chef et sans que cela soit prévu.

La chasse au traître

D'une voix tremblante d'émotion, au bord des larmes par instants, Ribéry a d'abord nié en bloc ses problèmes relationnels supposés avec Yoann Gourcuff: "Je lis que j'ai un problème avec lui, c'est faux. J'ai été le premier à aller lui parler, parce qu'on a besoin de lui".

"Depuis deux ou trois jours on passe un moment très difficile, pour les joueurs, pour le pays, pour tout le monde, on est en train de souffrir de ce qui se passe en ce moment", a ajouté Ribéry,.

A la question "le groupe a-t-il explosé?", le milieu de terrain du Bayern Munich a répondu clairement: "Bien sûr (que) ça a explosé, c'est la France qui est en train de souffrir, je suis en train de souffrir, je le dis honnêtement (...), tout le monde est en train de se foutre de nous dans le monde entier. J'ai les boules, parce que là on ne joue plus au foot".

Ribéry a implicitement dénoncé les médias, coupables selon lui de divulguer de fausses informations sur la vie du groupe. Puis, à l'instar de son capitaine Patrice Evra la veille, il a pointé du doigt "un traître", accusé d'avoir livré aux journalistes les informations sur les insultes proférées par Anelka contre Domenech.

"Un traître a sorti trop de trucs, on aura un soulagement de savoir qui c'était", a-t-il dit. Samedi, Evra avait déclaré: "Le problème de l'équipe de France n'est pas Anelka mais le traître qui est parmi nous. Il faut éliminer ce traître du groupe".

Toujours sur le ton de l'émotion, Ribéry a ensuite demandé "pardon à tous les Français de ne pas avoir fait une Coupe du monde comme ils le souhaitaient".

"On n'a pas été bons, on n'a pas mouillé le maillot comme on aurait dû le faire, a-t-il concédé. "On se sentait bien à un moment donné, contre l'Uruguay (0-0), mais on a essayé de faire des choses individuelles".

Première publication : 20/06/2010

  • COUPE DU MONDE 2010

    Nicolas Anelka, itinéraire d'un talent gâché

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    "On dirait que les Bleus sont au boulot, et que ce boulot les ennuie"

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    Les critiques sont unanimes après la performance désastreuse des Bleus

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)