Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Amériques

Le Congrès accuse BP d'avoir sciemment sous-évalué les risques

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2010

Le Congrès est en possession d'un document interne de BP, qui indique que 100 000 barils pourraient se déverser chaque jour dans le golfe du Mexique. Officiellement, la compagnie britannique estime toujours la fuite à 5 000 barils par jour.

AFP - Le pétrole se déversant dans le golfe du Mexique pourrait atteindre 100.000 barils par jour dans le pire des cas, selon un document interne de BP transmis en mai au Congrès américain et rendu public par un élu qui accuse le groupe d'avoir menti sur les risques encourus.

Au moment où le document a été remis aux élus, BP estimait la fuite à 5.000 barils de pétrole par jour et avait indiqué à des élus qu'au maximum elle pourrait atteindre 60.000 barils.

Dans le document transmis au Congrès et dont deux pages ont été rendues publiques dimanche par le président démocrate de la sous-commission de l'Environnement à la Chambre des représentants, Edward Markey, BP estime que dans le meilleur des cas ce seraient 55.000 barils de pétrole qui se déverseraient chaque jour dans le Golfe.

Selon les autorités américaines, le puits situé à 1.500 m de profondeur et quelque 80 km des côtes américaines crache actuellement chaque jour entre 35.000 et 60.000 barils.

Dans son document qui n'est pas daté, BP fonde son estimation sur un scénario catastrophe provoqué par des interventions qui tourneraient mal au niveau du puits --retrait de la tête du puits et d'un certain nombre de valves--, ainsi que par une mauvaise évaluation des moyens pour stopper la fuite.

"Dans un premier temps ils avaient dit qu'il n'y avaient que 1.000 barils de pétrole, ensuite ils ont dit que c'étaient 5.000 et maintenant nous sommes à 100.000 barils", a indiqué Edward Markey à la chaîne de télévision NBC. "Soit ils mentent, soit ils sont extrêmement incompétents".

"C'était leur technologie, leur fuite, ce sont eux qui auraient dû savoir dès le début et, soit pour limiter leur responsabilité, soit parce qu'ils sont extrêmement incompétents, ils ont évité de donner une réponse complète sur l'ampleur de ce désastre", a-t-il ajouté. "BP aurait dû être plus honnête".

"Même si nous ne pouvons pas connaître de manière certaine l'état du puits de forage, nous aurions dû savoir combien de pétrole pouvait s'en échapper, BP savait", a-t-il martelé dans un communiqué.

"Il est clair que, depuis le début, BP n'a pas été franc avec le gouvernement ou les Américains à propos de la vraie taille de cette fuite", a-t-il ajouté. "BP doit nous dire ce qu'il va faire si le puits de forage est endommagé et 100.000 barils de pétrole se déversent chaque jour dans l'océan".

Le groupe pétrolier, exploitant de la plateforme Deepwater Horizon dont le naufrage le 22 avril a provoqué la marée noire, s'est défendu en indiquant que les conditions pour que son scénario catastrophe devienne une réalité n'ont jamais été réunies.

"Nous disions à l'époque que si deux conditions étaient réunies en même temps (...) alors nous pourrions avoir 100.000 barils de pétrole", par jour, a indiqué à l'AFP un porte-parole de BP Robert Wine, précisant que l'estimation donnée dans le document "n'avait rien à voir avec la quantité de pétrole s'échappant actuellement" du puits.
 

Première publication : 21/06/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)