Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent possession du barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

FRANCE

Le procès de Jérôme Kerviel entre dans sa dernière ligne droite

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2010

Le procès de l'ex-trader de la Société Générale, qui encourt cinq ans de prison et 375 000 euros d'amende pour la perte de 4,9 milliards d'euros en 2008, s'achèvera vendredi. L'ex-PDG de la banque, Daniel Bouton, est notamment attendu à la barre.

AFP - L'ancien président de la Société Générale Daniel Bouton fermera le ban des témoignages cette semaine au procès de Jérôme Kerviel, le trader qu'il avait traité de "terroriste" après la perte de 4,9 milliards d'euros début 2008.

Pour sa troisième et dernière semaine, le procès reprend lundi à 09H30 devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Les parties civiles plaideront mercredi, le parquet prendra ses réquisitions jeudi et les débats s'achèveront vendredi, avec la plaidoirie de la défense conduite par Me Olivier Metzner. Le tribunal mettra alors sa décision en délibéré.

Plusieurs des anciens supérieurs hiérarchiques de Jérôme Kerviel sont appelés à

Les dates-clés de la procédure

témoigner lundi. Depuis le début de son procès, l'ancien trader, 33 ans, qui encourt cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende, affirme qu'ils étaient au courant des opérations pour lesquelles il est jugé seul.

Il ne dit pas qu'il leur a fait savoir spécifiquement tel ou tel jour avoir pris, comme il l'a fait, pour des milliards d'euros d'engagements sur les marchés financiers. Mais il répète qu'ils savaient et laissaient faire.

Après l'éclatement de l'affaire, une demi-douzaine de salariés avaient été licenciés ou avaient démissionné, tandis que la Société Générale s'était vu infliger une amende de quatre millions d'euros par la commission bancaire pour les défaillances de ses systèmes de contrôle.

La défense de Jérôme Kerviel s'est aussi employée à démontrer qu'il n'y avait pas eu "abus de confiance", puisqu'il n'existait pas de réelles "limites" à son mandat.

Les avocats de la Société Générale ont voulu prouver le contraire. Des salariés de la banque sont venus rappeler que leur travail reposait sur "une relation de confiance" et qu'une "fraude" était inimaginable.

La banque demandera donc 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, un montant finalement symbolique au vu de son énormité.

Le parquet ne sera sans doute pas tendre non plus avec l'ancien trader, ayant considéré que les trois infractions retenues à son encontre étaient bien constituées: abus de confiance, mais aussi faux et usage de faux et "introduction frauduleuse de données" dans un système informatique.

Le dernier volet du dossier étudié par le tribunal sera, mardi, le "débouclage" (la liquidation) des positions prises par Jérôme Kerviel, qui frôlaient les 50 milliards d'euros en janvier 2008.

Cette opération s'était soldée par la perte historique de près de cinq milliards, dont l'ancien trader refuse d'endosser la responsabilité, affirmant qu'elle a été conduite dans les plus mauvaises conditions.

C'est ce moment qu'a choisi le tribunal pour entendre Daniel Bouton qui, alors PDG de la Générale, avait qualifié Jérôme Kerviel d'"escroc", "fraudeur", "terroriste"...

Sa présence n'a pas été demandée par la défense, consciente qu'il n'était pas personnellement au courant de ce que faisait Jérôme Kerviel, ni par les avocats de la banque, qui la jugeaient "ridicule". Mais elle a été réclamée par les avocats de cinq salariés ou retraités actionnaires de la banque, parties civiles au procès.

Me Daniel Richard compte ainsi lui demander "quelles valeurs" la Société Générale "enseigne à ses traders" et évoquer "les années Bouton, qui ont été les années fric".

"Sans Bouton, y aurait-il eu un Kerviel?", s'interroge l'avocat.

Après onze ans à la tête de la Société Générale, Daniel Bouton, très critiqué, y compris par le chef de l'Etat, avait démissionné fin avril 2009, après une série de scandales liés notamment aux rémunérations des dirigeants de la banque.

Première publication : 21/06/2010

  • FRANCE

    Kerviel est présenté par sa défense comme un simple "pion"

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Jérôme Kerviel, des salles de marchés au box des accusés

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice se penche sur le cas Kerviel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)