Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

Economie

La Russie réduit ses livraisons de gaz au Bélarus

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2010

Gazprom a commencé à réduire ses livraisons de gaz à destination du Bélarus, ce lundi, comme le président russe, Dmitri Medvedev, lui en a donné l'ordre. Moscou veut ainsi contraindre Minsk à rembourser 85 % de sa dette énergique.

AFP - Le géant gazier russe Gazprom, en conflit financier depuis plusieurs jours avec le Bélarus, a annoncé lundi avoir commencé à réduire ses exportations de gaz vers ce pays, tout en continuant de négocier avec lui pour parvenir à un accord.

"La dette n'a pas été réglée et depuis 10 heures du matin (06H00 GMT) ce 21 juin, nous introduisons un régime de restriction de 15% des livraisons de gaz vers le Bélarus par rapport au volume quotidien" habituel, a déclaré le patron du groupe public russe, Alexeï Miller, selon les images retransmises par la télévision russe.

En l'absence d'accord, la baisse de livraisons se poursuivra pour arriver "graduellement à 85%", a-t-il prévenu.

Un responsable de la société énergétique russe Beltransgaz a aussitôt dénoncé la décision de Moscou, la qualifiant d'"illégale et infondée", a rapporté l'agence Interfax.

Régulièrement confrontée à des problèmes d'arriérés de paiement du Bélarus, la Russie avait donné jusqu'à lundi au Bélarus pour s'acquiter de sa dette gazière accumulée depuis le début de l'année et qui atteint selon Gazprom environ 200 millions de dollars.

De son côté, Minsk réclame à Moscou 200 millions de dollars pour le transit de gaz vers l'Europe par son territoire.

Les relations entre Moscou et Minsk en matière énergétique sont suivies de près par les clients européens de Gazprom, qui craignent des interruptions d'approvisionnement, 20% des importations de gaz russe de l'UE transitant par le Bélarus, le reste passant par l'Ukraine.

Les Européens avaient déjà subi en janvier 2009 une interruption de deux semaines des livraisons russes, en raison d'un conflit russo-ukrainien.

Le président russe Dmitri Medvedev a demandé lundi à M. Miller d'informer les clients européens de Gazprom de l'évolution de la situation, selon les images retransmises par la télévision russe.

"Il faut mettre en marche le système de notification de nos partenaires commerciaux", a-t-il dit lors d'une rencontre avec le patron de Gazprom tôt dans la matinée.

Une source proche de Gazprom a pour sa part minimisé les risques encourus par l'Europe suite au conflit, suggérant que le Bélarus ne disposait guère de marge de manoeuvre.

"Beltransgaz n'est pas aussi flexible que (son homologue ukrainien) Naftogaz (...) Ils vont devoir chercher des accords et les chercher vite", a dit cette source à Interfax.

Le patron de Gazprom avait en outre indiqué samedi que son groupe avait la possibilité de contourner le Bélarus pour honorer ses contrats avec les clients européens, en faisant transiter le gaz par l'Ukraine et la Pologne.

Les négociations entre Gazprom et une délégation bélarusse présente à Moscou se poursuivent lundi matin pour tenter de parvenir malgré tout à un accord, a indiqué un porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov. "Le groupe de négociateurs bélarusses se trouve chez Gazprom", a-t-il dit à l'agence RIA Novosti.

Première publication : 21/06/2010

COMMENTAIRE(S)