Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le 48ème forum de Davos ouvre ses portes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merci qui? Merci François Hollande"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

George Weah : la légende du football officiellement président du Liberia

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrine : une balle dans le pied d'Erdogan ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

Moyen-orient

Israël demande à l'ONU de renoncer à son projet d'enquête

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2010

Le ministre de la Défense israélien Ehud Barak a demandé à Ban Ki-moon de faire renoncer l'ONU à son projet d'enquête indépendante sur l'attaque de l'armée israélienne contre la flotille d'aide à Gaza. Cette attaque avait fait neuf morts.

REUTERS - Israël a demandé lundi à l'Onu de suspendre son projet d'enquête indépendante sur l'opération commando de l'armée israélienne menée fin mai contre une flottille qui voulait se rendre dans la bande de Gaza.

La requête israélienne a été présentée par son ministre de la Défense Ehud Barak au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

L'interception le 31 mai d'une flottille constituée de six navires transportant de l'aide pour la Bande de Gaza par des commandos de l'armée israélienne avait fait neuf morts, tous Turcs ou d'origine turque.

"Nous avons exprimé notre opinion que, pour l'instant, tant que (...) de nouvelles flottilles sont en préparation, il vaut probablement mieux la laisser (l'enquête de l'Onu) sur l'étagère pour un certain temps", a déclaré Ehud Barak la presse.

Il a fait valoir que la commission d'enquête de cinq personnes mise en place par Israël, qui comprend deux observateurs étrangers, était suffisante pour le moment.

"Nous poursuivons notre (commission d') enquête indépendante, dont nous pensons qu'elle est vraiment indépendante, fiable, crédible et qu'elle devrait être autorisée à travailler", a déclaré Ehud Barak.

Les déclarations du ministre n'ont pas permis de dire si Israël pourrait accepter la proposition de Ban Ki-moon à une date ultérieure. Le ministre n'a pas voulu répondre aux questions.

Le Liban a fait savoir lundi qu'il autoriserait un navire humanitaire à appareiller pour la Bande de Gaza malgré les mises en garde d'Israël. L'Etat juif a indiqué qu'il se réservait le droit d'utiliser tous les moyens nécessaires pour arrêter les bateaux tentant de quitter le Liban pour Gaza.

Ehud Barak a qualifié d'"un peu irresponsable" quiconque autoriserait des bateaux humanitaires à se rendre à Gaza.

"Nous ne pouvons accepter quiconque qui tentera de se rendre directement à Gaza par la voie maritime", a déclaré Ehud Barak.

"Nous considérons le gouvernement libanais comme responsable. Il pourrait y avoir des frictions qui pourraient mener à la violence, ce qui est totalement inutile", a-t-il dit.

Ehud Barak a indiqué avoir expliqué à Ban Ki-moon le projet d'Israël d'assouplir son blocus de Gaza, lequel a fait l'objet de critiques renouvelées de la part de la communauté internationale après l'opération meurtrière du 31 mai.

Première publication : 22/06/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Flottille humanitaire : Israël prêt à accepter des enquêteurs internationaux

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En visite à Gaza, le chef de la Ligue arabe réclame la fin du blocus

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama emploie un ton ferme envers Israël en recevant Mahmoud Abbas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)