Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : Éric Woerth rattrapé par une embarrassante Légion d'honneur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2010

L'entourage d'Éric Woerth révèle que le ministre a remis, en 2008, la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, aujourd'hui suspecté d'avoir orchestré des fraudes fiscales pour le compte de la milliardaire.

AFP - Eric Woerth a remis les insignes de chevalier de la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt en janvier 2008 alors qu'il était ministre du Budget, a-t-on appris mercredi dans l'entourage du ministre confirmant des informations du site lepoint.fr.

Patrice de Maistre avait été fait chevalier de la Légion d'honneur dans le cadre de la promotion du 14 juillet 2007, au titre du contingent du ministère de l'Economie et des Finances, selon un décret présidentiel publié au Journal officiel.

Interrogé par l'AFP, le ministère du Travail a expliqué que "tout cela était extrêmement transparent comme pour toute Légion d'honneur".

"Patrice de Maistre a reçu la Légion d'honneur en qualité de chef d'entreprise sur un contingent du ministère de l'Economie", a-t-on poursuivi, en précisant que c'était M. de Maistre qui "avait demandé à Eric Woerth de lui remettre" la décoration.

"A l'époque, a-t-on ajouté, il était déjà le patron de Mme Woerth", confirmant les informations du site de l'hebdomadaire Le Point.

L'épouse du ministre a indiqué mercredi qu'elle était salariée depuis le 12 novembre 2007 de la société Clymène, gérant la fortune de l'héritière de L'Oréal, visée par des soupçons d'évasion fiscale.

"La décoration a été remise en présence de la famille Bettencourt. C'était tout à fait transparent", a-t-on poursuivi au ministère où l'on a fait valoir qu'"à l'époque, aucun élément ne permet(tait) de douter de la probité de M. de Maistre en tant que chef d'entreprise". "Il n'y a rien d'illégal (dans la remise de la décoration)", a-t-on insisté.

Un peu plus tard, interpellé à l'Assemblée nationale sur ce sujet par Régis Juanico (PS), M. Woerth s'est emporté - "franchement, ça devient un peu n'importe quoi!" -, et a justifié de la même manière que son entourage la remise de cette décoration à M. de Maistre.

"Je ne peux pas préjuger, comme vous ne pouvez jamais préjuger, de la probité de quelqu'un", a-t-il dit à propos de ce dernier, précisant que la décoration lui avait été "accordée par le ministère de l'Economie, pas par le ministère du Budget".

Des enregistrements pirates révélés la semaine dernière par la presse suggèrent de possibles fraudes fiscales dans la gestion de fortune assurée par Patrice de Maistre (d'après des conversations entre lui et Mme Bettencourt), ainsi qu'une immixtion de l'Elysée dans la procédure judiciaire en cours opposant la fille de la milliardaire à l'artiste François-Marie Banier, poursuivi pour abus de faiblesse.
 

Première publication : 23/06/2010

  • FRANCE

    Éric Woerth reçoit un soutien appuyé de François Fillon

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'épouse d'Éric Woerth va cesser de travailler pour Liliane Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)