Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : Éric Woerth rattrapé par une embarrassante Légion d'honneur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2010

L'entourage d'Éric Woerth révèle que le ministre a remis, en 2008, la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, aujourd'hui suspecté d'avoir orchestré des fraudes fiscales pour le compte de la milliardaire.

AFP - Eric Woerth a remis les insignes de chevalier de la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt en janvier 2008 alors qu'il était ministre du Budget, a-t-on appris mercredi dans l'entourage du ministre confirmant des informations du site lepoint.fr.

Patrice de Maistre avait été fait chevalier de la Légion d'honneur dans le cadre de la promotion du 14 juillet 2007, au titre du contingent du ministère de l'Economie et des Finances, selon un décret présidentiel publié au Journal officiel.

Interrogé par l'AFP, le ministère du Travail a expliqué que "tout cela était extrêmement transparent comme pour toute Légion d'honneur".

"Patrice de Maistre a reçu la Légion d'honneur en qualité de chef d'entreprise sur un contingent du ministère de l'Economie", a-t-on poursuivi, en précisant que c'était M. de Maistre qui "avait demandé à Eric Woerth de lui remettre" la décoration.

"A l'époque, a-t-on ajouté, il était déjà le patron de Mme Woerth", confirmant les informations du site de l'hebdomadaire Le Point.

L'épouse du ministre a indiqué mercredi qu'elle était salariée depuis le 12 novembre 2007 de la société Clymène, gérant la fortune de l'héritière de L'Oréal, visée par des soupçons d'évasion fiscale.

"La décoration a été remise en présence de la famille Bettencourt. C'était tout à fait transparent", a-t-on poursuivi au ministère où l'on a fait valoir qu'"à l'époque, aucun élément ne permet(tait) de douter de la probité de M. de Maistre en tant que chef d'entreprise". "Il n'y a rien d'illégal (dans la remise de la décoration)", a-t-on insisté.

Un peu plus tard, interpellé à l'Assemblée nationale sur ce sujet par Régis Juanico (PS), M. Woerth s'est emporté - "franchement, ça devient un peu n'importe quoi!" -, et a justifié de la même manière que son entourage la remise de cette décoration à M. de Maistre.

"Je ne peux pas préjuger, comme vous ne pouvez jamais préjuger, de la probité de quelqu'un", a-t-il dit à propos de ce dernier, précisant que la décoration lui avait été "accordée par le ministère de l'Economie, pas par le ministère du Budget".

Des enregistrements pirates révélés la semaine dernière par la presse suggèrent de possibles fraudes fiscales dans la gestion de fortune assurée par Patrice de Maistre (d'après des conversations entre lui et Mme Bettencourt), ainsi qu'une immixtion de l'Elysée dans la procédure judiciaire en cours opposant la fille de la milliardaire à l'artiste François-Marie Banier, poursuivi pour abus de faiblesse.
 

Première publication : 23/06/2010

  • FRANCE

    Éric Woerth reçoit un soutien appuyé de François Fillon

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'épouse d'Éric Woerth va cesser de travailler pour Liliane Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)