Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations prévues en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : Éric Woerth rattrapé par une embarrassante Légion d'honneur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2010

L'entourage d'Éric Woerth révèle que le ministre a remis, en 2008, la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, aujourd'hui suspecté d'avoir orchestré des fraudes fiscales pour le compte de la milliardaire.

AFP - Eric Woerth a remis les insignes de chevalier de la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt en janvier 2008 alors qu'il était ministre du Budget, a-t-on appris mercredi dans l'entourage du ministre confirmant des informations du site lepoint.fr.

Patrice de Maistre avait été fait chevalier de la Légion d'honneur dans le cadre de la promotion du 14 juillet 2007, au titre du contingent du ministère de l'Economie et des Finances, selon un décret présidentiel publié au Journal officiel.

Interrogé par l'AFP, le ministère du Travail a expliqué que "tout cela était extrêmement transparent comme pour toute Légion d'honneur".

"Patrice de Maistre a reçu la Légion d'honneur en qualité de chef d'entreprise sur un contingent du ministère de l'Economie", a-t-on poursuivi, en précisant que c'était M. de Maistre qui "avait demandé à Eric Woerth de lui remettre" la décoration.

"A l'époque, a-t-on ajouté, il était déjà le patron de Mme Woerth", confirmant les informations du site de l'hebdomadaire Le Point.

L'épouse du ministre a indiqué mercredi qu'elle était salariée depuis le 12 novembre 2007 de la société Clymène, gérant la fortune de l'héritière de L'Oréal, visée par des soupçons d'évasion fiscale.

"La décoration a été remise en présence de la famille Bettencourt. C'était tout à fait transparent", a-t-on poursuivi au ministère où l'on a fait valoir qu'"à l'époque, aucun élément ne permet(tait) de douter de la probité de M. de Maistre en tant que chef d'entreprise". "Il n'y a rien d'illégal (dans la remise de la décoration)", a-t-on insisté.

Un peu plus tard, interpellé à l'Assemblée nationale sur ce sujet par Régis Juanico (PS), M. Woerth s'est emporté - "franchement, ça devient un peu n'importe quoi!" -, et a justifié de la même manière que son entourage la remise de cette décoration à M. de Maistre.

"Je ne peux pas préjuger, comme vous ne pouvez jamais préjuger, de la probité de quelqu'un", a-t-il dit à propos de ce dernier, précisant que la décoration lui avait été "accordée par le ministère de l'Economie, pas par le ministère du Budget".

Des enregistrements pirates révélés la semaine dernière par la presse suggèrent de possibles fraudes fiscales dans la gestion de fortune assurée par Patrice de Maistre (d'après des conversations entre lui et Mme Bettencourt), ainsi qu'une immixtion de l'Elysée dans la procédure judiciaire en cours opposant la fille de la milliardaire à l'artiste François-Marie Banier, poursuivi pour abus de faiblesse.
 

Première publication : 23/06/2010

  • FRANCE

    Éric Woerth reçoit un soutien appuyé de François Fillon

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'épouse d'Éric Woerth va cesser de travailler pour Liliane Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)