Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

FRANCE

La Société générale réclame 4,9 milliards d'euros à Kerviel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2010

La Société générale a demandé à la justice française qu'elle condamne Jérôme Kerviel à lui verser 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts. Un montant symbolique qui correspond aux pertes engendrées par l'ex-trader en janvier 2008.

AFP - La Société Générale a demandé mercredi au tribunal correctionnel de Paris de condamner son ancien trader Jérôme Kerviel à lui payer 4,9 milliards de dommages et intérêts, en réparation du "préjudice" subi début 2008.

"Il est évident que M. Kerviel ne paiera pas" une telle somme, a déclaré dans sa plaidoirie l'un des trois avocats de la banque, Me Jean Veil.

Mais ce montant est demandé par souci de "simplicité" et de "compréhension", a-t-il ajouté, estimant que cette somme ne représentait "qu'une partie" du préjudice subi. "On aurait pu demander des intérêts, on aurait pu demander réparation pour le préjudice moral" également subi, a-t-il ajouté.

La banque reproche à Jérôme Kerviel, qui encourt par ailleurs cinq ans de prison et 375.000 euros de dommages et intérêts, d'avoir pris à son insu pour des dizaines de milliards d'euros de positions spéculatives sur les marchés financiers, qui se sont soldées en janvier 2008 par une perte historique de 4,9 milliards d'euros.

Jérôme Kerviel, 33 ans, conteste cette analyse et refuse d'assumer la responsabilité de cette perte.

Il affirme que ses supérieurs hiérarchiques étaient au courant de ses opérations - ce qu'ils ont démenti dans leurs témoignages - et pense qu'il aurait pu au final "se refaire" si on lui en avait laissé le temps.

Selon l'ancien trader, le "débouclage" (liquidation) des positions qu'il avait prises a été mal fait et au mauvais moment, ce qu'a encore fermement contesté Me Veil. La banque était menacée, elle n'avait pas le choix, a assuré l'avocat.

Avant Me Veil, Me François Martineau, autre avocat de la banque, avait expliqué que la "thèse de Jérôme Kerviel" selon laquelle la Société Générale "savait" ce qu'il faisait, était "totalement invraisemblable".

D'abord, "pourquoi cacher ce qui est su? Il y a là une contradiction majeure". Ensuite, a poursuivi l'avocat, "il dit +on m'a laissé gagner, et quand j'ai commencé à perdre on m'a arrêté+". Mais, a-t-il rappelé, "il a commencé à perdre en avril 2007!", avant de redresser la situation à la fin de l'année, fin 2007, puis de perdre de nouveau en janvier 2008.

Me Martineau a aussi rappelé des "images" qui ont pu être évoquées depuis le début de cette affaire: le "pot de terre contre le pot de fer", ou encore "David contre Goliath".

Mais il y a bien, a-t-il dit, une victime, qui est la banque, et un "prévenu" poursuivi pour les trois délits d'abus de confiance, faux et usage de faux, et introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

Ces trois délits, a-t-il affirmé, sont bien constitués.
 

Première publication : 23/06/2010

  • FRANCE

    L'ancien patron de la Société générale accable Jérôme Kerviel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Kerviel est présenté par sa défense comme un simple "pion"

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice se penche sur le cas Kerviel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)