Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

FRANCE

La Société générale réclame 4,9 milliards d'euros à Kerviel

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2010

La Société générale a demandé à la justice française qu'elle condamne Jérôme Kerviel à lui verser 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts. Un montant symbolique qui correspond aux pertes engendrées par l'ex-trader en janvier 2008.

AFP - La Société Générale a demandé mercredi au tribunal correctionnel de Paris de condamner son ancien trader Jérôme Kerviel à lui payer 4,9 milliards de dommages et intérêts, en réparation du "préjudice" subi début 2008.

"Il est évident que M. Kerviel ne paiera pas" une telle somme, a déclaré dans sa plaidoirie l'un des trois avocats de la banque, Me Jean Veil.

Mais ce montant est demandé par souci de "simplicité" et de "compréhension", a-t-il ajouté, estimant que cette somme ne représentait "qu'une partie" du préjudice subi. "On aurait pu demander des intérêts, on aurait pu demander réparation pour le préjudice moral" également subi, a-t-il ajouté.

La banque reproche à Jérôme Kerviel, qui encourt par ailleurs cinq ans de prison et 375.000 euros de dommages et intérêts, d'avoir pris à son insu pour des dizaines de milliards d'euros de positions spéculatives sur les marchés financiers, qui se sont soldées en janvier 2008 par une perte historique de 4,9 milliards d'euros.

Jérôme Kerviel, 33 ans, conteste cette analyse et refuse d'assumer la responsabilité de cette perte.

Il affirme que ses supérieurs hiérarchiques étaient au courant de ses opérations - ce qu'ils ont démenti dans leurs témoignages - et pense qu'il aurait pu au final "se refaire" si on lui en avait laissé le temps.

Selon l'ancien trader, le "débouclage" (liquidation) des positions qu'il avait prises a été mal fait et au mauvais moment, ce qu'a encore fermement contesté Me Veil. La banque était menacée, elle n'avait pas le choix, a assuré l'avocat.

Avant Me Veil, Me François Martineau, autre avocat de la banque, avait expliqué que la "thèse de Jérôme Kerviel" selon laquelle la Société Générale "savait" ce qu'il faisait, était "totalement invraisemblable".

D'abord, "pourquoi cacher ce qui est su? Il y a là une contradiction majeure". Ensuite, a poursuivi l'avocat, "il dit +on m'a laissé gagner, et quand j'ai commencé à perdre on m'a arrêté+". Mais, a-t-il rappelé, "il a commencé à perdre en avril 2007!", avant de redresser la situation à la fin de l'année, fin 2007, puis de perdre de nouveau en janvier 2008.

Me Martineau a aussi rappelé des "images" qui ont pu être évoquées depuis le début de cette affaire: le "pot de terre contre le pot de fer", ou encore "David contre Goliath".

Mais il y a bien, a-t-il dit, une victime, qui est la banque, et un "prévenu" poursuivi pour les trois délits d'abus de confiance, faux et usage de faux, et introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

Ces trois délits, a-t-il affirmé, sont bien constitués.
 

Première publication : 23/06/2010

  • FRANCE

    L'ancien patron de la Société générale accable Jérôme Kerviel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Kerviel est présenté par sa défense comme un simple "pion"

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice se penche sur le cas Kerviel

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)