Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

EUROPE

Après la Silicon Valley, Dmitri Medvedev doit rencontrer son homologue américain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2010

Le président russe a abordé son voyage officiel de trois jours aux États-Unis en visitant les entreprises de la Silicon Valley. Il doit aujourd'hui rencontrer Barack Obama .

AFP - Le président russe Dmitri Medvedev s'est rendu mercredi dans la Silicon Valley en Californie où il a visité les locaux du site Twitter, saisissant l'occasion pour lancer son propre micro-blog et son premier tweet: "Salut tout le monde, je suis maintenant sur Twitter".

Le président russe, qui a entamé mardi une visite officielle de trois jours aux Etats-Unis, a eu droit à une présentation de Twitter par ses fondateurs, Ev Williams et Biz Stone.

Visiblement intéressé par le sujet, M. Medvedev a publié plusieurs autres messages sur son compte Twitter flambant neuf (@KremlinRussia), déclarant que San Francisco était une "très belle ville".

Le président russe a été accueilli à la cafétéria de Twitter, aménagée pour l'occasion en confortable salon.

Remarquant que de nombreux employés avaient quitté leur poste pour assister à l'événement, M. Stone a noté avec humour: "Oulala, je viens de réaliser que vous n'êtes plus en train de travailler, ça va être la..

- Pagaille!", a répondu M. Medvedev du tac au tac.

Outre Twitter, le président russe, qui a fait de l'innovation l'une des priorités de son mandat, avait à son programme un discours devant la prestigieuse université Stanford et la fine fleur de la Silicon Valley, berceau des nouvelles technologies aux Etats-Unis: Apple, Google et Cisco.

Le fabricant d'équipements télécoms et de routeurs Cisco a indiqué après la visite de M. Medvedev son intention d'investir un milliard de dollars en Russie pour le développement des nouvelles technologies.

M. Medvedev s'est également rendu dans les locaux de l'entreprise russe Yandex, un portail internet et moteur de recherche prisé des russophones.

"Nous sommes très aimés en Russie et nous sommes fiers de la visite du président", a déclaré le cofondateur de Yandex, Ilya Segalovich. "Et c'est la première fois en 12 ans que je porte un costume", a-t-il plaisanté.

M. Medvedev a rencontré des employés de l'entreprise, avant de discuter avec des entrepreneurs russes. "L'argent n'est pas tout, a estimé M. Medvedev. Il doit (aussi) y avoir de la place pour la recherche".

Il leur a également demandé de partager leur expérience pour aider à la construction à Skolkovo, près de Moscou, d'une "ville de l'innovation", futur pendant russe de la Silicon Valley, annoncée récemment par M. Medvedev.

"Je voudrais que ma visite se traduise par une coopération et des relations approfondies avec ces entreprises", avait déclaré le dirigeant russe mardi lors d'une rencontre avec le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger.

M. Medvedev rencontrera jeudi le président américain Barack Obama avant de se rendre au Canada pour les sommets du G8 et du G20.
 

Première publication : 24/06/2010

  • DIPLOMATIE

    Dmitri Medvedev place sa visite aux États-Unis sous le signe des hautes technologies

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Medvedev souhaite engager une modernisation de l'économie russe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)