Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : Tsipras veut "un compromis honnête" avec les créanciers

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jackson Pollock et le Moyen-Orient "

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales : un humour déplacé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

Sports

Laurent Blanc au chevet de la maison bleue

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 24/06/2010

Éliminés au premier tour du Mondial-2010, les Bleus s’apprêtent à tourner la page Domenech. Une succession difficile pour Laurent Blanc qui hérite d’un chantier colossal…

Il est attendu comme le messie. Alors que l’heure des règlements de compte du fiasco sud-africain approche, Laurent Blanc s’apprête à lier son destin à celui d’une équipe de France délabrée. Le Cévenol doit signer son contrat dans les prochains jours. Si un large consensus désigne le champion du monde en 1998 comme étant l’homme de la situation pour tourner la page Domenech, sa tâche est colossale et la pression énorme tant l’échec de son prédécesseur fût retentissant. "Il ne faut pas mettre autant de pression sur Laurent Blanc. Il sait ce qu’il a faire, il faut surtout l’aider en faisant le ménage au sein de la fédération afin qu’il puisse repartir de zéro", déclare à France24.com, l’ancien international Manuel Amoros.

Reconstruire une équipe

Et le temps presse pour les Bleus, puisque la campagne de qualification de l’Euro 2012 commence en septembre, avec deux matchs contre la Bélarus et la Bosnie-Herzégovine, après un préambule amical contre la Norvège le 11 août. Héritier d’un groupe composé de mutins, de préretraités et de jeunes en perdition, Laurent Blanc doit commencer par reconstruire une équipe, avant de lui donner un schéma de jeu, de désigner des leaders et de lui insuffler un esprit de conquête. Tâche qu’il avait admirablement réussi en Gironde. Délesté de facto, de certains "cadres" comme William Gallas, Éric Abidal, Sydney Govou, Nicolas Anelka et Thierry Henry sur le départ, auxquels il faut probablement ajouter Patrice Evra le capitaine des frondeurs, l’ancien entraîneur de Bordeaux aura le loisir de piocher dans le vivier du football français.

Gourcuff, leader technique

Si le poste de gardien de but est bien pourvu, avec Hugo Lloris, Steve Mandanda et Stephane Ruffier, la défense sera le grand chantier de l’ancien libéro des Bleus. Des joueurs prometteurs comme Adil Rami, Benoît Trémoulinas et Laurent Koscielny pourraient avoir leur chance. Au milieu de terrain, Yoann Gourcuff, l’homme clé de Laurent Blanc à Bordeaux, pourrait se voir confier la responsabilité de l’animation du jeu. Pour l’épauler,  sont pressentis Florent Malouda, le meilleur français du Mondial, Abou Diaby, le banni Samir Nasri et l’espoir Yohan Cabaye. Quid de Frank Ribéry ? Si le talent indéniable du Bavarois n’est pas remis en question, il devra modifier son comportement, via un recadrage du nouveau sélectionneur. Côté leader, Jérémie Toulalan, pourrait hériter du brassard de capitaine. En attaque, Karim Benzema, Kevin Gameiro, Jimmy Briand, Sylvain Marveaux et Loïc Rémy devraient prendre du galon. De quoi largement redonner des couleurs à un maillot bleu, devenu la risée du monde du football…
 

Première publication : 24/06/2010

  • COUPE DU MONDE 2010

    L'Uruguay s'impose face au Mexique, les deux équipes en huitièmes

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    L’image des Bleus à la dérive

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    La crise des Bleus ne symbolise pas uniquement les excès de la société

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)