Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Éducation, banlieues, jeunesse, le "vivre-ensemble" de François Hollande

En savoir plus

DÉBAT

Éducation, banlieues, jeunesse, le "vivre-ensemble" de François Hollande

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ahmed, 8 ans, au commissariat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mauvais pari"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'insaisissable Djamel Beghal"

En savoir plus

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

Economie

Gazprom rétablit le flux de gaz vers le Bélarus après paiement de sa dette

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2010

Gazprom va rétablir la totalité de ses livraisons de gaz vers le Bélarus, celui-ci ayant honoré sa dette, comme l'a indiqué le patron du géant gazier russe, Alexeï Miller.

AFP - Le géant gazier russe Gazprom a pris la décision de rétablir en totalité ses livraisons de gaz vers le Bélarus, celui-ci ayant honoré sa dette, a indiqué jeudi la porte-parole du Kremklin, Natalia Timakova, citée depuis Washington par les agences russes.

"Au cours d'une conversation téléphonique, (le patron de Gazprom Alexeï) Miller a informé le président (Dmitri Medvedev) que la partie bélarusse avait entièrement payé pour les livraisons de gaz conformément au contrat, et Gazprom a pris la décision de rétablir les livraisons de gaz vers le Bélarus à plein régime", a indiqué Mme. Timakova, selon les agences russes.

Interrogé par l'AFP à Moscou pour confirmation, un porte-parole de Gazprom a renvoyé au service de presse du Kremlin.

Gazprom avait réduit mercredi à 60% ses livraisons de gaz vers le Bélarus en raison d'un conflit financier.

 

Première publication : 24/06/2010

  • ÉNERGIE

    Une guerre du gaz se dessine entre Minsk et Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)