Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Le baron de la drogue Christopher "Dudus" Coke extradé aux États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2010

Deux jours après avoir été arrêté par la police jamaïcaine, Christopher "Dudus" Coke a été extradé aux États-Unis où il est accusé d'être à la tête d'un réseau de trafic de drogue. Sa traque avait provoqué des affrontements meurtriers fin mai.

AFP - Le baron présumé de la drogue de Jamaïque Christopher "Dudus" Coke, à l'origine de violents affrontements le mois dernier sur l'île caribéenne, a été extradé jeudi aux Etats-Unis où il doit être jugé pour trafic de drogue, ont annoncé les autorités à Kingston.

Christophe Coke, qui avait été arrêté mardi par la police jamaïcaine, a "renoncé à ses droits à un procès sur son extradition en Jamaïque et a été extradé aux Etats-Unis en début d'après-midi", a annoncé le ministère jamaïcain de la Sécurité nationale.

Plus tôt, Dudus avait indiqué par le biais d'un communiqué qu'il souhaitait "traiter directement avec les Etats-Unis en fonction des textes qui régissent l'extradition" entre les deux pays.

"Tout le pays a été touché par les circonstances qui ont entouré mon extradition et j'espère que mon action, aujourd'hui, va permettre de soulager tout ceux qui ont souffert", avait-il écrit.

La traque de "Dudus" avait provoqué de violents affrontements fin mai à Kingston entre police et armée d'un côté, et affidés de "Dudus" de l'autre, qui avaient fait au moins 73 morts chez les civils, obligeant le gouvernement à proclamer l'état d'urgence.

Dans son communiqué, Coke avait indiqué "avoir agi selon ce qu'il avait considéré être le meilleur intérêt de sa famille, de la communauté de l'ouest de Kingston, et en particulier des gens de Tivoli Gardens, et surtout de la Jamaïque".

"Je quitte la Jamaïque et ma famille en particulier (sa mère) Patsy avec le coeur gros mais pleinement confiant qu'au moment voulu je serai disculpé et pourrais revenir vers eux", avait-il ajouté.

La justice américaine accuse Coke d'approvisionner New York et les autres villes de la côte est en crack, cocaïne et marijuana, causant au passage de sanglantes guerres de gangs. Les enquêteurs en évaluent le bilan à plusieurs milliers de morts depuis les années 90.

Il risque la prison à vie s'il est reconnu coupable.

Dudus avait été arrêté mardi sur l'île caribéenne après avoir été reconnu par des policiers malgré le fait qu'il s'était coupé la barbe et qu'il était coiffé d'une perruque.

A la tête du principal gang de trafiquants de drogue de Jamaïque, les "Shower Posse", Coke est considéré comme un marchand de mort ultra-violent par Washington, mais aussi comme un bienfaiteur et un "parrain" dans les bidonvilles de Kingston, réputée l'une des capitales les plus violentes du monde.

 

Première publication : 25/06/2010

  • JAMAÏQUE

    Arrestation de Christopher Coke, parrain présumé de la drogue

    En savoir plus

  • JAMAÏQUE

    La traque du narcotrafiquant "Dudus" continue, le bilan des victimes s'alourdit

    En savoir plus

  • JAMAÏQUE

    Kingston en état de siège, "Dudus" toujours en fuite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)