Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

A la une

Cinq Américains, accusés de terrorisme, condamnés à dix ans de prison

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2010

Accusés d'avoir voulu contacter des insurgés liés au groupe terroriste Al-Qaïda, cinq jeunes américains ont été condamnés à dix ans de prison au Pakistan, lors d'un procès à huis clos.

AFP - Cinq jeunes Américains, attirés par la propagande jihadiste sur internet et arrêtés au Pakistan pour avoir tenté d'entrer en contact avec des insurgés liés à Al-Qaïda, ont été condamnés jeudi à 10 ans de prison pour terrorisme par un tribunal pakistanais.

Les cinq étudiants, des Américains âgés de 19 à 25 ans et d'origine pakistanaise, yéménite, érythréenne et égyptienne, avaient fui leurs familles aux Etats-Unis et avaient été arrêtés le 9 décembre 2009 à Sargodha (centre-est du Pakistan) chez le père de l'un d'eux.

"Chacun d'entre eux a été condamné à 10 ans de prison pour des faits de terrorisme", a déclaré à l'AFP le procureur Nadeem Akram Cheema par téléphone.

Le procès, comme l'énoncé du verdict, ont eu lieu à huis-clos dans un tribunal siégeant à la prison de Sargodha placée sous haute sécurité, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les avocats de la défense ont annoncé qu'ils faisaient appel de ce jugement en première instance, tout comme le procureur qui réclame, au nom du gouvernement de la province du Penjab (où est située Sargodha), 20 ans d'emprisonnement.

Umar Farooq, Waqar Hussain, Rami Zamzam, Ahmad Abdullah Mini et Amman Hassan Yammer encouraient la prison à vie.

"Ils ont été acquittés pour trois accusations mais reconnus coupables pour deux autres: complot criminel (...) et financement d'une organisation terroriste interdite", a détaillé à l'AFP l'avocat de la défense Hassan Katchela.

Les cinq jeunes ont toujours clamé leur innocence, assurant qu'ils étaient venus au Pakistan pour se rendre en Afghanistan afin d'y travailler pour des ONG humanitaires.

Mais l'accusation assurait qu'ils espéraient se rendre dans ce pays voisin pour participer à l'insurrection des talibans afghans contre les forces internationales aux deux tiers américaines.

Des enquêteurs avaient indiqué que les jeunes avaient contacté au Pakistan par téléphone ou email des représentants d'un groupe allié à Al-Qaïda mais qu'ils n'avaient pas eu le temps de les rencontrer.

A leur arrivée à de précédentes audiences, les accusés avaient crié aux journalistes qu'ils étaient torturés en prison et victimes d'un coup monté.

Ils avaient également jeté depuis le camion qui les transportait un morceau de papier toilette sur lequel ils avaient écrit: "Les Etats-Unis, le FBI et la police pakistanaise nous torturent, ils essaient de monter un coup contre nous, nous sommes innocents, aidez nous".

Ils ont été interrogés plusieurs fois en prison par des agents du FBI américain.

L'ambassade des Etats-Unis à Islamabad avait rejeté les "allégations sans fondement" de tortures et de coup monté avancées par les cinq jeunes, tout comme les autorités pakistanaises.

Leurs familles avaient signalé leur disparition aux Etats-Unis où ils se seraient laissés attirer par la propagande jihadiste sur internet selon elles.

Les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, frontalières avec l'Afghanistan, sont considérées comme le principal repaire des cadres d'Al-Qaïda et la base arrière des talibans afghans.

Elles sont le bastion des talibans pakistanais alliés au réseau d'Oussama ben Laden et principaux responsables d'une vague d'attentats --suicide pour la plupart-- qui a fait plus de 3.300 morts dans tout le Pakistan en près de trois ans.

Première publication : 24/06/2010

  • PAKISTAN

    Le renseignement pakistanais soutiendrait les Taliban en Afghanistan

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)