Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad traque les contenus "blasphématoires" sur le Web

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2010

Sept sites, dont Google et YouTube, sont scrutés de près par les autorités au motif qu'ils contiennent des contenus contraires à l'islam. Mais Islamabad se défend de vouloir bloquer l'accès à ces sites, comme il l'a déjà fait par le passé.

REUTERS - Les autorités pakistanaises ont décidé vendredi de placer sous surveillance sept grands sites internet - dont Google et YouTube - au motif qu'ils présentent des contenus jugés choquants pour les musulmans.

Le ministère des Technologies de l'information a également bloqué au moins 17 liens permettant d'accéder à des "contenus blasphématoires" sur YouTube et d'autres sites.

Les sites YouTube, Yahoo, Amazon, Bing, MSN et Hotmail de Microsoft, ainsi que Google "seront surveillés en ce qui concerne les contenus anti-islamiques", a déclaré Khurram Mehran, porte-parole de l'Autorité pakistanaise des télécommunications.

Mais un autre représentant des autorités a précisé que le gouvernement n'avait pas l'intention de bloquer les principaux sites internet, dans la mesure où ils représentent des sources importantes d'information.

La décision d'imposer ce contrôle fait suite à une décision de justice prise il y a trois jours. Le tribunal de la ville de Bahawalpur, dans l'est du pays, a enjoint au gouvernement de bloquer YouTube et huit autres sites internet en réaction à une pétition soutenant qu'ils diffusaient des contenus "allant à l'encontre des principes fondamentaux de l'islam".

C'est la deuxième fois en un mois que le Pakistan prend de telles mesures.

Le 19 mai, les autorités d'Islamabad avaient décidé de bloquer l'accès à Facebook, à YouTube ainsi qu'à d'autres sites sociaux. Le gouvernement avait agi à la demande de la justice afin d'interdire un concours de caricatures de Mahomet prévu sur ces sites.

La représentation du Prophète est considérée comme un blasphème par les musulmans.

Première publication : 25/06/2010

  • PAKISTAN

    La justice autorise à nouveau l'accès à Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    YouTube n'est plus censuré au Pakistan

    En savoir plus

  • INTERNET

    La journée Facebook de la caricature de Mahomet provoque l’ire du Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)