Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad traque les contenus "blasphématoires" sur le Web

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2010

Sept sites, dont Google et YouTube, sont scrutés de près par les autorités au motif qu'ils contiennent des contenus contraires à l'islam. Mais Islamabad se défend de vouloir bloquer l'accès à ces sites, comme il l'a déjà fait par le passé.

REUTERS - Les autorités pakistanaises ont décidé vendredi de placer sous surveillance sept grands sites internet - dont Google et YouTube - au motif qu'ils présentent des contenus jugés choquants pour les musulmans.

Le ministère des Technologies de l'information a également bloqué au moins 17 liens permettant d'accéder à des "contenus blasphématoires" sur YouTube et d'autres sites.

Les sites YouTube, Yahoo, Amazon, Bing, MSN et Hotmail de Microsoft, ainsi que Google "seront surveillés en ce qui concerne les contenus anti-islamiques", a déclaré Khurram Mehran, porte-parole de l'Autorité pakistanaise des télécommunications.

Mais un autre représentant des autorités a précisé que le gouvernement n'avait pas l'intention de bloquer les principaux sites internet, dans la mesure où ils représentent des sources importantes d'information.

La décision d'imposer ce contrôle fait suite à une décision de justice prise il y a trois jours. Le tribunal de la ville de Bahawalpur, dans l'est du pays, a enjoint au gouvernement de bloquer YouTube et huit autres sites internet en réaction à une pétition soutenant qu'ils diffusaient des contenus "allant à l'encontre des principes fondamentaux de l'islam".

C'est la deuxième fois en un mois que le Pakistan prend de telles mesures.

Le 19 mai, les autorités d'Islamabad avaient décidé de bloquer l'accès à Facebook, à YouTube ainsi qu'à d'autres sites sociaux. Le gouvernement avait agi à la demande de la justice afin d'interdire un concours de caricatures de Mahomet prévu sur ces sites.

La représentation du Prophète est considérée comme un blasphème par les musulmans.

Première publication : 25/06/2010

  • PAKISTAN

    La justice autorise à nouveau l'accès à Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    YouTube n'est plus censuré au Pakistan

    En savoir plus

  • INTERNET

    La journée Facebook de la caricature de Mahomet provoque l’ire du Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)