Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le viol, fléau mondial"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Simone Gbagbo rejette toutes les charges au premier jour de son procès à Abidjan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hugo Lloris : "On a envie d'aller le plus loin possible pendant l'Euro"

En savoir plus

FOCUS

Terrorisme au Bangladesh : des activistes visés par Al-Qaïda et l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le mystère Henri Pick", une enquête littéraire signée David Foenkinos

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des pénuries en série au Venezuela et l'industrie du jeu vidéo africain

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare au gorille"

En savoir plus

Economie

Les sites pornographiques se termineront bientôt par ".xxx"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2010

Les sites de contenu pornographique disposeront bientôt d'un nom de domaine spécifique : ".xxx". L’Icann, organisme qui gère les noms de domaines, a donné son feu vert de principe ce vendredi.

AFP - Après six ans de bataille, l'industrie pornographique pourrait obtenir d'ici le début d'année prochaine au plus tard ses adresses internet spécifiques terminées en ".xxx".

L'Icann, l'organisme basé en Californie qui réglemente les noms de domaine pour le monde entier, a décidé vendredi lors d'une réunion à Bruxelles de relancer la négociation sur l'octroi d'un contrat pour gérer ce nom de domaine.

"Cela ne signifie pas que le .xxx a été approuvé", a précisé son président, Peter Dengate Trush, lors d'une conférence de presse, "mais nous retournons aux négociations avec le candidat", la société ICM Registry.

Cette dernière réclame depuis 2004 la création du nom de domaine .xxx, pour lequel elle propose déjà de pré-réserver des adresses mais qui fait l'objet d'intenses batailles.

Ses défenseurs font valoir que le .xxx serait non seulement un argument publicitaire, mais aussi un moyen de mieux surveiller les sites pour adultes. Ce serait une marque de reconnaissance tant pour ceux qui cherchent des sites pornographiques que pour ceux qui veulent les éviter: les mécanismes de filtrage notamment s'en trouveraient simplifiés.

Les milieux conservateurs et religieux en revanche militent contre, car ils y voient un risque d'accélérer encore la tendance actuelle à la banalisation de la pornographie.

L'Icann avait dans un premier temps rejeté la demande d'ICM Registry, en mars 2007. Mais il est finalement revenu sur cette décision après une étude indépendante qui a montré notamment le grand nombre d'acteurs potentiellement intéressés.

Peter Dengate Trush a insisté vendredi sur le fait que la décision initiale avait été prise pour des raisons techniques, et non d'ordre public ou de morale.

"Nous ne nous occupons pas du contenu, c'est le rôle des gouvernements, des législateurs, et des personnes qualifiées pour cela", a-t-il dit, rappelant que le travail de l'Icann était juste d'assurer "un bon fonctionnement d'internet".

Selon un porte-parole de l'Icann, "une procédure accélérée" a désormais été initiée.

ICM Registry a indiqué dans un message sur son site internet qu'elle espérait "lancer les premières adresses en .xxx début 2011, si pas avant", et s'attendait à une explosion des pré-réservations suite à la décision de l'Icann.

Son patron, Stuart Lawley, a précisé à l'AFP qu'il comptait déjà 112.000 acheteurs pré-enregistrés pour des adresses en .xxx, presque tous déjà opérateurs de sites internet pornographiques, et visait au total "jusqu'à un demi-million".

Sur la base d'un prix de 60 dollars par adresse, il prédit des revenus annuels de 30 millions par an.

Il promet aussi une charte de bonne conduite pour les utilisateurs d'adresses en .xxx. Ceux-ci s'engageront notamment sur des mesures de protection des mineurs et des données personnelles des clients, de lutte contre la pédophilie ou de paiements sécurisés.

Première publication : 25/06/2010

  • INTERNET

    Google gagne sa partie juridique contre Viacom

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le pirate du Twitter d'Obama condamné à cinq mois de prison avec sursis

    En savoir plus

  • INTERNET

    Microsoft souhaite mettre du bling-bling dans son Bing

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)