Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

Sports

La Fifa met la France en garde contre toute ingérence politique dans les affaires de la FFF

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2010

Devant l'agitation des responsables politiques français au lendemain de la débâcle des Bleus à la Coupe du monde de football, la Fifa s'est fait fort de rappeler l'indépendance des fédérations nationales face au pouvoir politique.

AFP - Le pouvoir politique ne peut exiger la démission d'un dirigeant d'une fédération de football, et la Fifa "réagira" s'il y a ingérence politique dans les affaires de la Fédération française, a affirmé samedi le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke.

"Si on considère qu'il y a ingérence politique, on réagira, comme on le ferait dans n'importe quel pays du monde", a déclaré M. Valcke, interrogé sur la crise politico-sportive provoquée par la débâcle de l'équipe de France au Mondial-2010 en Afrique du Sud.

La Fifa a fermement rappelé qu'elle n'admettait dans aucun pays que le pouvoir politique intervienne directement dans les affaires d'une fédération.

"J'ai informé le ministère des Sports de la façon dont notre système fonctionne. Personne ne peut demander à quelqu'un de démissionner. Une personne est élue, si elle pense avoir failli, elle peut démissionner, mais on ne peut pas l'y obliger", a insisté M. Valcke, en réponse à une question sur les déclarations de la ministre des Sports, Roselyne Bachelot, qui a jugé "inéluctable" le retrait du président de la Fédération française de football (FFF), Jean-Pierre Escalettes.

"Sur tous les continents, on surveille toujours ce genre de situation et on rappelle aux gens comment la pyramide du pouvoir (dans le football) fonctionne (...). La FFF est sous la tutelle de la Fifa", a ajouté le responsable.

En ce qui concerne la France, "on n'est pas inquiet mais on est attentif. On fait confiance aux gens pour ne pas se mettre dans une situation difficile", a poursuivi M. Valcke.

S'emparant du dossier après l'élimination de l'équipe de France au premier tour de la Coupe du monde sur fond de fronde inédite des joueurs, le président Nicolas Sarkozy avait annoncé mercredi la tenue d'états généraux du football à l'automne, afin de "faire en sorte que les responsables tirent rapidement les conséquences" de la prestation des Bleus, qualifiée de "désastre".

Le gouvernement français, choqué par l'image donnée par la crise des Bleus, n'ignore cependant pas que sa marge de manoeuvre dans le football, et plus généralement dans le monde sportif, est très réduite. Mme Bachelot a elle-même reconnu qu'elle n'avait pas le pouvoir d'exiger le départ d'un président de fédération.

La Fifa est très sensible aux questions d'ingérence politique dans le football, et elle a déjà suspendu par le passé plusieurs fédérations après des interventions directes du pouvoir politique.


 

Première publication : 26/06/2010

  • COUPE DU MONDE-2010

    Les Bleus parlent... mais ne s'expliquent pas

    En savoir plus

  • Etats généraux du foot : la politique peut-elle réanimer les Bleus ?

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    L’image des Bleus à la dérive

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)