Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Sports

La Fifa met la France en garde contre toute ingérence politique dans les affaires de la FFF

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2010

Devant l'agitation des responsables politiques français au lendemain de la débâcle des Bleus à la Coupe du monde de football, la Fifa s'est fait fort de rappeler l'indépendance des fédérations nationales face au pouvoir politique.

AFP - Le pouvoir politique ne peut exiger la démission d'un dirigeant d'une fédération de football, et la Fifa "réagira" s'il y a ingérence politique dans les affaires de la Fédération française, a affirmé samedi le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke.

"Si on considère qu'il y a ingérence politique, on réagira, comme on le ferait dans n'importe quel pays du monde", a déclaré M. Valcke, interrogé sur la crise politico-sportive provoquée par la débâcle de l'équipe de France au Mondial-2010 en Afrique du Sud.

La Fifa a fermement rappelé qu'elle n'admettait dans aucun pays que le pouvoir politique intervienne directement dans les affaires d'une fédération.

"J'ai informé le ministère des Sports de la façon dont notre système fonctionne. Personne ne peut demander à quelqu'un de démissionner. Une personne est élue, si elle pense avoir failli, elle peut démissionner, mais on ne peut pas l'y obliger", a insisté M. Valcke, en réponse à une question sur les déclarations de la ministre des Sports, Roselyne Bachelot, qui a jugé "inéluctable" le retrait du président de la Fédération française de football (FFF), Jean-Pierre Escalettes.

"Sur tous les continents, on surveille toujours ce genre de situation et on rappelle aux gens comment la pyramide du pouvoir (dans le football) fonctionne (...). La FFF est sous la tutelle de la Fifa", a ajouté le responsable.

En ce qui concerne la France, "on n'est pas inquiet mais on est attentif. On fait confiance aux gens pour ne pas se mettre dans une situation difficile", a poursuivi M. Valcke.

S'emparant du dossier après l'élimination de l'équipe de France au premier tour de la Coupe du monde sur fond de fronde inédite des joueurs, le président Nicolas Sarkozy avait annoncé mercredi la tenue d'états généraux du football à l'automne, afin de "faire en sorte que les responsables tirent rapidement les conséquences" de la prestation des Bleus, qualifiée de "désastre".

Le gouvernement français, choqué par l'image donnée par la crise des Bleus, n'ignore cependant pas que sa marge de manoeuvre dans le football, et plus généralement dans le monde sportif, est très réduite. Mme Bachelot a elle-même reconnu qu'elle n'avait pas le pouvoir d'exiger le départ d'un président de fédération.

La Fifa est très sensible aux questions d'ingérence politique dans le football, et elle a déjà suspendu par le passé plusieurs fédérations après des interventions directes du pouvoir politique.


 

Première publication : 26/06/2010

  • COUPE DU MONDE-2010

    Les Bleus parlent... mais ne s'expliquent pas

    En savoir plus

  • Etats généraux du foot : la politique peut-elle réanimer les Bleus ?

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    L’image des Bleus à la dérive

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)