Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

Amériques

Le parrain présumé de la drogue jamaïcain plaide non coupable

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2010

Le baron présumé de la drogue jamaïcain Christopher "Dudus" Coke comparaît devant un tribunal de New York. Âgé de 40 ans, il risque la prison à vie s'il est reconnu coupable de "trafic de marijuana, de cocaïne et de trafic illégal d'armes".

AFP - Le baron présumé de la drogue jamaïcain Christopher "Dudus" Coke, extradé jeudi aux Etats-Unis et dont la traque avait provoqué des dizaines de morts le mois dernier sur l'île caribéenne, a comparu vendredi devant un tribunal fédéral de New York où il a plaidé non coupable.

Christopher Coke, 40 ans, arrêté le 22 juin par la police jamaïcaine, est arrivé menotté et en tenue carcérale devant le juge Robert Patterson, qui lui a rappelé qu'il était inculpé de "trafic de marijuana et de cocaïne et de trafic illégal d'armes".

Petit et rond, le crâne rasé, l'homme a salué d'un signe de tête quelques personnes d'origine jamaïcaine qui se trouvaient dans la salle d'audience du tribunal du district sud de New York, au sud de Manhattan.

"Avez-vous besoin que je vous lise l'acte d'accusation?", a demandé le juge. "Non monsieur", a répondu l'accusé en se levant.

Russell Newfeld, un avocat commis d'office, a précisé que son client plaidait "non coupable" à ce stade, et le juge a fixé une nouvelle audience à lundi, afin d'examiner une requête de mise en liberté sous caution. Le juge a ordonné son maintien en détention.

Le Jamaïcain risque la prison à vie s'il est reconnu coupable par la justice américaine, qui avait délivré un mandat d'arrêt à son encontre. Les Etats-Unis l'accusent d'avoir approvisionné depuis une vingtaine d'années New York et les autres villes de la côte est en crack, cocaïne et marijuana.

La traque du narcotrafiquant présumé par les autorités jamaïcaines avait provoqué de violents affrontements fin mai à Kingston entre police et armée d'un côté, et affidés de "Dudus" de l'autre, qui avaient fait au moins 73 morts civils, obligeant le gouvernement à proclamer l'état d'urgence.

A la tête du principal gang de trafiquants de drogue de Jamaïque, les "Shower Posse", Coke est considéré comme un marchand de mort par Washington, mais aussi comme un bienfaiteur et un "parrain" dans les bidonvilles de Kingston, une des capitales les plus violentes au monde.

Avant son départ de Jamaïque, le trafiquant présumé avait indiqué dans un communiqué "avoir agi selon ce qu'il avait considéré être le meilleur intérêt de (sa) famille, de la communauté de l'ouest de Kingston et en particulier des gens de Tivoli Gardens, et surtout de la Jamaïque".

"Je quitte la Jamaïque et ma famille, en particulier Patsy (sa mère), avec le coeur gros mais pleinement confiant dans le fait que je serai disculpé et pourrai revenir vers eux", avait-il ajouté.

"Tout le pays a été touché par les circonstances qui ont entouré mon extradition et j'espère que mon action, aujourd'hui, va permettre de soulager tout ceux qui ont souffert", avait-il écrit, acceptant son extradition.

Les enquêteurs américains estiment que les innombrables guerres de gangs dans lesquelles ont été impliqués les "Shower Posse" ont fait des milliers de morts depuis les années 90.

"L'arrestation de Christopher Michael Coke sort des rues un des narcotrafiquants les plus dangereux qui soit", a déclaré un membre de l'agence américaine antidrogue (DEA), John Gilbride.

Coke avait été arrêté après avoir été reconnu par des policiers, en dépit du fait qu'il avait rasé sa barbe et était coiffé d'une perruque.

Le ministère de la Justice américain se réfère à "Dudus" en l'appelant Christopher Michael Coke, alias "Michael Christopher Coke", alias "Paul Christopher Scott", alias "Presi", alias "General", alias "President", alias "Shortman".
 

Première publication : 26/06/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Le baron jamaïcain de la drogue "Dudus" Coke extradé à New York

    En savoir plus

  • JAMAÏQUE

    "Dudus", un baron de la drogue dans un costume de Robin des bois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)