Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Arrestation de 500 militants altermondialistes en marge du G20 de Toronto

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2010

Vitrines brisées, voitures brûlées, affrontements musclés... La police canadienne a interpellé 480 activistes accusés d'avoir pris part aux violences qui ont émaillé, samedi, à Toronto, la manifestation anti-G20 organisée en marge du sommet.

AFP - La police de Toronto a procédé samedi et dans la nuit de samedi à dimanche à 480 interpellations à la suite d'incidents violents avec des manifestants, au cours

desquels quatre voitures de police ont été incendiées, selon les forces de l'ordre.

De nombreux manifestants ont d'ores et déjà été inculpés, a précisé à l'AFP Gillian Van Acker, porte-parole de l'Equipe intégrée de sécurité, sans être en mesure de citer un chiffre précis.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des journalistes de l'AFP ont pu voir des jeunes manifestants assis sur les trottoirs, les mains liées dans le dos avec des lacets de plastique, sous l'oeil vigilant de policiers anti-émeute.

Aucun incident n'était signalé dimanche matin dans le centre de Toronto, où la police était toujours très présente et bloquait l'accès à certaines rues proches du lieu du G20.

Le porte-parole du Premier ministre canadien Stephen Harper, Dimitri Soudas, a rejeté dimanche la responsabilité des violences de la veille sur "une poignée de voyous qui avaient choisi la violence pour soi-disant exprimer des divergences avec les dirigeants du G20".

Sécurité et manifestations anti-G20 à Toronto

Un "petit groupe de personnes qui ont commis des actes de violence"
Les violences et les actes de vandalisme perpétrés par des jeunes radicaux sans étiquette ni programme précis pour contester les objectifs et les dépenses du G20 ont été condamnés par l'un des organisateurs de la manifestation autorisée de samedi, le président du Congrès du travail du Canada, Ken Georgetti.

"Nous condamnons ces actions et continuerons à exercer notre droit démocratique à la liberté d'expression, toujours de manière pacifique", a-t-il affirmé dans un communiqué. "Le Congrès du travail du Canada abhorre le comportement du petit groupe de personnes qui ont commis des actes de violence et de destruction lors d'activités liées au sommet du G20".

Le Congrès, rappelle le dirigeant syndical, en association avec la Fédération du travail de l'Ontario, le Conseil des Canadiens (groupe de gauche militant pour le progrès social), Greenpeace, Oxfam et la Fédération Canadienne des Etudiants, a organisé une manifestation pacifique qui a attiré, selon lui, quelque trente mille personnes.

"Nous avons coopéré avec la police pour choisir le parcours et avions des centaines de membres du service d'ordre", souligne M. Georgetti.

Il rappelle que l'objectif de cette marche était de dire aux dirigeants du G20 qu'ils doivent donner la priorité à la création d'emplois, ne pas recourir trop vite à des mesures d'austérité et ne pas faire de coupes dans les services publics.

"Notre rassemblement et notre marche étaient totalement pacifiques, du début à la fin. Il apparaît qu'un petit groupe d'anarchistes, que nous ne connaissons pas, se sont lancés dans des actes de violence et de destruction plus tard dans la journée", déplore encore le dirigeant syndical.

Première publication : 27/06/2010

  • CANADA

    Mobilisation musclée des opposants au G20 à Toronto

    En savoir plus

  • SOMMET G20

    Les États-Unis brandissent le spectre d'une récession à l'ouverture du G20

    En savoir plus

  • CANADA

    Le coût des sommets du G8 et du G20 fait scandale dans le pays hôte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)