Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Economie

Arrestation de 500 militants altermondialistes en marge du G20 de Toronto

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2010

Vitrines brisées, voitures brûlées, affrontements musclés... La police canadienne a interpellé 480 activistes accusés d'avoir pris part aux violences qui ont émaillé, samedi, à Toronto, la manifestation anti-G20 organisée en marge du sommet.

AFP - La police de Toronto a procédé samedi et dans la nuit de samedi à dimanche à 480 interpellations à la suite d'incidents violents avec des manifestants, au cours

desquels quatre voitures de police ont été incendiées, selon les forces de l'ordre.

De nombreux manifestants ont d'ores et déjà été inculpés, a précisé à l'AFP Gillian Van Acker, porte-parole de l'Equipe intégrée de sécurité, sans être en mesure de citer un chiffre précis.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des journalistes de l'AFP ont pu voir des jeunes manifestants assis sur les trottoirs, les mains liées dans le dos avec des lacets de plastique, sous l'oeil vigilant de policiers anti-émeute.

Aucun incident n'était signalé dimanche matin dans le centre de Toronto, où la police était toujours très présente et bloquait l'accès à certaines rues proches du lieu du G20.

Le porte-parole du Premier ministre canadien Stephen Harper, Dimitri Soudas, a rejeté dimanche la responsabilité des violences de la veille sur "une poignée de voyous qui avaient choisi la violence pour soi-disant exprimer des divergences avec les dirigeants du G20".

Sécurité et manifestations anti-G20 à Toronto

Un "petit groupe de personnes qui ont commis des actes de violence"
Les violences et les actes de vandalisme perpétrés par des jeunes radicaux sans étiquette ni programme précis pour contester les objectifs et les dépenses du G20 ont été condamnés par l'un des organisateurs de la manifestation autorisée de samedi, le président du Congrès du travail du Canada, Ken Georgetti.

"Nous condamnons ces actions et continuerons à exercer notre droit démocratique à la liberté d'expression, toujours de manière pacifique", a-t-il affirmé dans un communiqué. "Le Congrès du travail du Canada abhorre le comportement du petit groupe de personnes qui ont commis des actes de violence et de destruction lors d'activités liées au sommet du G20".

Le Congrès, rappelle le dirigeant syndical, en association avec la Fédération du travail de l'Ontario, le Conseil des Canadiens (groupe de gauche militant pour le progrès social), Greenpeace, Oxfam et la Fédération Canadienne des Etudiants, a organisé une manifestation pacifique qui a attiré, selon lui, quelque trente mille personnes.

"Nous avons coopéré avec la police pour choisir le parcours et avions des centaines de membres du service d'ordre", souligne M. Georgetti.

Il rappelle que l'objectif de cette marche était de dire aux dirigeants du G20 qu'ils doivent donner la priorité à la création d'emplois, ne pas recourir trop vite à des mesures d'austérité et ne pas faire de coupes dans les services publics.

"Notre rassemblement et notre marche étaient totalement pacifiques, du début à la fin. Il apparaît qu'un petit groupe d'anarchistes, que nous ne connaissons pas, se sont lancés dans des actes de violence et de destruction plus tard dans la journée", déplore encore le dirigeant syndical.

Première publication : 27/06/2010

  • CANADA

    Mobilisation musclée des opposants au G20 à Toronto

    En savoir plus

  • SOMMET G20

    Les États-Unis brandissent le spectre d'une récession à l'ouverture du G20

    En savoir plus

  • CANADA

    Le coût des sommets du G8 et du G20 fait scandale dans le pays hôte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)