Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

EUROPE

Le président Vaclav Klaus désigne le chef d'un parti de droite à la tête du gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2010

Deux jours après la démission du gouvernement intérimaire de Jan Fischer, le chef de l'État tchèque, Vaclav Klaus (photo), a annoncé que Petr Necas, actuel patron du parti de droite ODS, sera désigné lundi au poste de Premier ministre.

AFP - Le président tchèque Vaclav Klaus a annoncé dimanche à la télévision qu'il allait désigner lundi Petr Necas, chef du parti de droite ODS, au poste de Premier ministre, à l'issue des législatives des 28 et 29 mai.

M. Necas sera ensuite chargé de former son cabinet pour que M. Klaus puisse le nommer. Le nouveau gouvernement fera l'objet d'un vote de confiance au Parlement dans un délai de trente jours.

"Nous avons besoin d'un gouvernement pour de nombreuses raisons. Il y a notamment cette épée de Damoclès, c'est-à-dire la nécessité d'élaborer dans les plus brefs délais le projet de budget pour 2011", a déclaré le président à la chaîne de télévision Prima.

M. Klaus a précisé qu'il recevrait le futur Premier ministre lundi à 10H00 (08H00 GMT).

Le chef de l'ODS avait déjà été chargé le 4 juin par M. Klaus de mener des négociations en vue de la formation du gouvernement.

L'ODS bénéficie avec le parti TOP 09 (droite) et Affaires publiques (VV, centriste) d'une majorité très confortable de 118 des 200 sièges à la chambre basse.

"Ce chiffre de 118 est presque irréel, inouï", a constaté M. Klaus, selon qui il s'agit d'une "majorité incroyablement confortable".

Ces trois partis se sont déjà entendus sur un projet de coalition dans le but de former un "gouvernement de responsabilité budgétaire et de respect du droit".

Ce projet est "axé sur les problèmes clés tels l'arrêt de l'endettement, la lutte contre la corruption, le soutien à l'économie et au respect du droit", selon M. Necas.

Le Premier ministre tchèque sortant Jan Fischer avait présenté vendredi la démission de son cabinet intérimaire, au lendemain de la session constituante de la nouvelle chambre basse.

M. Klaus a chargé le cabinet sortant d'expédier les affaires courantes, jusqu'à la nomination du nouveau gouvernement.

Le cabinet de M. Fischer, ex-chef de l'office des statistiques, avait été installé en mai 2009 après la chute du très fragile gouvernement de centre-droit dirigé par le libéral Mirek Topolanek.

Le cabinet de M. Topolanek (ODS) a été renversé en pleine présidence tchèque de l'Union européenne après le vote d'une motion de censure déposée par le parti social-démocrate CSSD.

Le CSSD est arrivé en tête du scrutin de fin mai, mais s'est retrouvé dans l'incapacité totale de former une coalition.

Première publication : 27/06/2010

  • RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

    Les partis du centre droit devraient obtenir la majorité au Parlement

    En savoir plus

  • COMMÉMORATION

    Il y a 20 ans, la révolution de Velours mettait fin au régime totalitaire de Prague

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Le président tchèque Vaclav Klaus signe le traité de Lisbonne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)