Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"From Russia with luck"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Philip Roth, l'incomparable

En savoir plus

Afrique

La région séparatiste Somaliland tient une élection présidentielle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2010

En dépit des menaces proférées par les islamistes Shebab qui contrôlent une grande partie de la Somalie, la région séparatiste du Somaliland (Nord), dont l'indépendance n'est reconnue par aucun pays, organise une présidentielle.

AFP - Le Somaliland, région auto-proclamée indépendante du nord-ouest de la Somalie, a voté samedi pour élire son président et ses députés malgré les menaces des insurgés islamistes shebab qui contrôlent une grande partie du reste du pays.

Les frontières avaient été fermées pour éviter des incidents lors du scrutin qui s'est apparemment déroulé sans incident.

"Toutes nos forces contrôlent les frontières. Les mouvements et transports internes sont interdits, à l'exception de ceux qui sont autorisés par la Commission électorale nationale (NEC)," a dit à l'AFP le chef de la police Mohamed Saqadi Dubad.

Aucune violence ni fraude n'ont été signalées, a déclaré Abdulrahman Mohamoud, un responsable électoral de Hargeisa, la "capitale", à la fermeture des bureaux de vote à 18H00 (15H00 GMT).

Des résultats partiels sont attendus dans les jours qui viennent, avant les résultats officiels qui ne devraient pas être connus avant une semaine.

Les shebab, qui se réclament de l'idéologie du jihad (guerre sainte) d'Al-Qaïda, avaient menacé de représailles les habitants du Somaliland qui se rendraient aux urnes.

"Ceux qui prendront part à ces prétendues élections en subiront les conséquences", avait dit jeudi le chef des shebab Ahmed Abdi Godane, alias Abou Zubaïr.

Les shebab contrôlent la quasi-totalité du sud et du centre de la Somalie et ont déjà frappé au coeur du Somaliland, rendant leurs menaces crédibles.

Le président Dahir Riyale, élu à la tête du Somaliland en mai 2002, est candidat à sa réélection. Ses deux principaux adversaires sont Faisal Ali Warabe, du Parti de la justice et du social et Ahmed Mohamed Mohamoud, du Parti du développement et de la solidarité.

Le territoire, ancienne colonie britannique rattachée au reste de la Somalie en 1960, a déclaré unilatéralement son indépendance en 1991 peu après la chute du président somalien Mohamed Siad Barre.

Le Somaliland tente depuis d'obtenir une reconnaissance internationale. Son indépendance n'est pour l'instant reconnue par aucun pays, ni par l'Union africaine.

Première publication : 27/06/2010

  • SOMALIE

    Le Hezb al-Islam impose le port de la barbe

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Dans une vidéo, un otage français des Shebab appelle Paris à l'aide

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Les Shebab font officiellement allégeance à Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)