Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Amériques

Le groupe pétrolier français Technip condamné pour corruption au Nigeria

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2010

Technip s'est livré à la corruption au Nigeria durant 10 ans pour des contrats de plus de six milliards de dollars, estime la justice américaine. Le groupe pétrolier français est condamné à une amende de 338 millions de dollars.

AFP - Les autorités américaines ont annoncé lundi que le groupe français de services pétroliers Technip avait accepté de payer des amendes cumulées de 338 millions de dollars pour solder des poursuites liées à des faits de corruption au Nigeria.

Technip devra verser 240 millions de dollars pour solder des poursuites du ministère de la Justice au pénal. En outre, le groupe devra s'acquitter de 98 millions de dollars pour solder les poursuites intentées par les autorités boursières (SEC).

Selon la SEC, "Technip faisait partie d'une coentreprise avec trois autres sociétés qui s'est livrée à la corruption de responsables gouvernementaux nigérians durant une période de 10 ans afin d'obtenir des contrats d'une valeur dépassant les six milliards de dollars".

Un partenaire américain de Technip, KBR, et sa maison-mère Halliburton, avaient déjà soldé les poursuites liées à ces faits, qui remontent à la période 1995-2004. Il s'agissait de contrats pour construire des installations de gaz naturel liquéfié sur le site de Bonny Island.

"La corruption était une pratique tellement bien acceptée que la coentreprise avait formé le 'comité culturel', un euphémisme, où se discutaient ouvertement les pots de vin, et où ils étaient approuvés et enregistrés", a souligné un responsable de la SEC, Robert Khuzami, cité dans un communiqué.

La SEC a expliqué que Technip tombait sous le coup de la loi américaine parce qu'elle a des titres cotés aux Etats-Unis depuis 2001.

Première publication : 28/06/2010

  • IRAN

    Total ne vend plus d'essence à Téhéran

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    Selon Barack Obama, "il est temps d'adopter les énergies propres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)