Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Un candidat au poste de gouverneur tué dans le nord-est

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2010

Un candidat au poste de gouverneur de l'État de Tamaulipas, Rodolfo Torre, a été abattu avec quatre membres de son équipe à Ciudad Victoria. Ce meurtre est probablement l'œuvre de membres d'un cartel de la drogue.

AFP - Le sang éclabousse déjà les élections locales de dimanche prochain au Mexique, avec le nouvel assassinat lundi d'un candidat à l'un des 12 postes de gouverneurs remis en jeu en même temps que les sièges au sein des conseils municipaux et des parlements de 14 des 31 Etats du pays.

Rodolfo Torre, candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, centre-gauche) et favori de l'élection au poste de gouverneur de l'Etat de Tamaulipas (nord-est), à la frontière avec l'Etat américain du Texas, a été abattu par des inconnus avec trois de ses collaborateurs.

Il est tombé dans une embuscade près de l'aéroport de Ciudad Victoria, la capitale du Tamaulipas.

Dans ce même Etat, le 13 mai, un candidat du Parti d'action nationale (PAN) à une mairie avait déjà été assassiné par balles en compagnie de son fils et de son chauffeur.

Le PAN conservateur du président Felipe Calderon avait alors dénoncé des menaces des cartels de la drogue.

Deux maires au moins ont par ailleurs été assassinés depuis février dans l'Etat de Chihuahua, lui aussi à la frontière avec les Etats-Unis.

Dans le Sinaloa (nord-ouest), fief du cartel du même nom dirigé par Joaquin "Chapo" Guzman, en cavale depuis son évasion d'un pénitencier mexicain en 2001, des engins incendiaires ont été lancés mi-juin contre une permanence du Parti de la révolution démocratique (PRD, opposition de gauche) et une autre du PRI.

Lundi, le président Felipe Calderon a réuni son conseil ministériel de sécurité, et dénoncé "le crime organisé". L'assassinat de M. Torre "emplit d'indignation la société entière", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Fernando Gomez Mont.

La direction nationale du PAN, elle, a annoncé la suspension de toutes ses réunions publiques dans le Tamaulipas.

L'ombre des cartels de la drogue plane sur le scrutin du 4 juillet, comme sur toutes les élections mexicaines depuis des années.

La guerre sans merci entre trafiquants pour le contrôle de l'approvisionnement du marché américain, premier acheteur mondial de cocaïne, se concentre surtout le long de la frontière de plus de 3.000 km avec les Etats-Unis.

M. Calderon a érigé la lutte contre les riches cartels en priorité nationale mais la courbe de la criminalité n'a pas fléchi: 23.000 morts depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2006, en incluant les règlements de comptes entre trafiquants et leurs affrontements avec l'armée et la police.

L'influence occulte des cartels au sein des formations politiques est également largement dénoncée par des médias nationaux et de nombreux observateurs étrangers, au niveau local comme au plan national.

L'ancien maire de la station balnéaire de Cancun, première destination touristique du Mexique, a ainsi été arrêté fin mai pour ses liens présumés avec des trafiquants.

Le PRI, au pouvoir au Mexique de 1928 à décembre 2000 avant de s'incliner devant le PAN conduit alors par Vicente Fox, a remporté les législatives fédérales en 2009. Il est donné favori pour le scrutin du 4 juillet.

Première publication : 28/06/2010

  • MEXIQUE

    Dix policiers fédéraux tués dans une embuscade

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Trente-neuf morts dans de nouveaux règlements de comptes entre cartels

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    55 cadavres découverts dans une fosse commune clandestine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)