Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Amériques

Un candidat au poste de gouverneur tué dans le nord-est

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2010

Un candidat au poste de gouverneur de l'État de Tamaulipas, Rodolfo Torre, a été abattu avec quatre membres de son équipe à Ciudad Victoria. Ce meurtre est probablement l'œuvre de membres d'un cartel de la drogue.

AFP - Le sang éclabousse déjà les élections locales de dimanche prochain au Mexique, avec le nouvel assassinat lundi d'un candidat à l'un des 12 postes de gouverneurs remis en jeu en même temps que les sièges au sein des conseils municipaux et des parlements de 14 des 31 Etats du pays.

Rodolfo Torre, candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, centre-gauche) et favori de l'élection au poste de gouverneur de l'Etat de Tamaulipas (nord-est), à la frontière avec l'Etat américain du Texas, a été abattu par des inconnus avec trois de ses collaborateurs.

Il est tombé dans une embuscade près de l'aéroport de Ciudad Victoria, la capitale du Tamaulipas.

Dans ce même Etat, le 13 mai, un candidat du Parti d'action nationale (PAN) à une mairie avait déjà été assassiné par balles en compagnie de son fils et de son chauffeur.

Le PAN conservateur du président Felipe Calderon avait alors dénoncé des menaces des cartels de la drogue.

Deux maires au moins ont par ailleurs été assassinés depuis février dans l'Etat de Chihuahua, lui aussi à la frontière avec les Etats-Unis.

Dans le Sinaloa (nord-ouest), fief du cartel du même nom dirigé par Joaquin "Chapo" Guzman, en cavale depuis son évasion d'un pénitencier mexicain en 2001, des engins incendiaires ont été lancés mi-juin contre une permanence du Parti de la révolution démocratique (PRD, opposition de gauche) et une autre du PRI.

Lundi, le président Felipe Calderon a réuni son conseil ministériel de sécurité, et dénoncé "le crime organisé". L'assassinat de M. Torre "emplit d'indignation la société entière", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Fernando Gomez Mont.

La direction nationale du PAN, elle, a annoncé la suspension de toutes ses réunions publiques dans le Tamaulipas.

L'ombre des cartels de la drogue plane sur le scrutin du 4 juillet, comme sur toutes les élections mexicaines depuis des années.

La guerre sans merci entre trafiquants pour le contrôle de l'approvisionnement du marché américain, premier acheteur mondial de cocaïne, se concentre surtout le long de la frontière de plus de 3.000 km avec les Etats-Unis.

M. Calderon a érigé la lutte contre les riches cartels en priorité nationale mais la courbe de la criminalité n'a pas fléchi: 23.000 morts depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2006, en incluant les règlements de comptes entre trafiquants et leurs affrontements avec l'armée et la police.

L'influence occulte des cartels au sein des formations politiques est également largement dénoncée par des médias nationaux et de nombreux observateurs étrangers, au niveau local comme au plan national.

L'ancien maire de la station balnéaire de Cancun, première destination touristique du Mexique, a ainsi été arrêté fin mai pour ses liens présumés avec des trafiquants.

Le PRI, au pouvoir au Mexique de 1928 à décembre 2000 avant de s'incliner devant le PAN conduit alors par Vicente Fox, a remporté les législatives fédérales en 2009. Il est donné favori pour le scrutin du 4 juillet.

Première publication : 28/06/2010

  • MEXIQUE

    Dix policiers fédéraux tués dans une embuscade

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Trente-neuf morts dans de nouveaux règlements de comptes entre cartels

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    55 cadavres découverts dans une fosse commune clandestine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)