Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

FRANCE

Les témoins sous X ne se sont pas présentés au procès de Villiers-le-Bel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2010

Les témoins sous X, sur lesquels repose une grande partie de l'accusation dans le cadre du procès des tireurs présumés de Villiers-le-Bel, ne se sont pas présentés ce matin. Ils devaient être entendus par visioconférence dès 9h30.

Les témoins sous X qui devaient être entendus lundi matin par la cour d'assises de Pontoise dans le cadre du procès des tireurs présumés de Villiers-le-Bel (Val d'Oise) ne se sont pas présentés, a annoncé l'avocate générale.

"Un témoin que nous devions entendre depuis Paris ce matin à 9H30, ne s'est pas présenté (...) Les autres témoins ne se sont pas présentés non plus", a déclaré l'avocate générale Marie-Thérèse de Givry à l'ouverture de l'audience.

Les enquêteurs chargés d'encadrer les témoins sous X lors de l'audience, devraient être entendus par la cour dans la matinée.

La cour d'assises de Pontoise devait entendre lundi ces témoins sous X, sur lesquels repose une grande partie de l'accusation. La semaine dernière, la défense avait mis à mal l'accusation en démontrant que ces témoins sous X pouvaient également être des informateurs de la police.

Pour ce procès, quatre jeunes, incarcérés, sont jugés pour tentative de meurtre en bande organisée sur des policiers dans les nuits des 25 et 26 novembre 2007 à Villiers-le-Bel, ainsi que pour détention et port d'arme prohibés. Le cinquième, sous contrôle judiciaire, soupçonné d'avoir fourni un fusil à pompe, comparaît pour complicité.

Le 25 novembre 2007, la mort de deux adolescents - Moushin et Lakamy - tués à Villiers-le-Bel dans une collision entre leur moto et une voiture de police avait provoqué deux jours d'émeutes et d'échauffourées entre jeunes et forces de l'ordre.

 

Première publication : 28/06/2010

COMMENTAIRE(S)