Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

FRANCE

Cinquante ans après, les victimes des essais nucléaires français bientôt indemnisées

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 30/06/2010

La commission chargée d'étudier les demandes d'indemnisation des victimes des essais nucléaires français effectués entre 1960 et 1996 a été inaugurée ce lundi. Un lancement accueilli avec scepticisme par les associations de victimes.

Il aura fallu attendre plus de 50 ans avant que les demandes des victimes des 210 essais nucléaires français effectués entre 1960 et 1996 dans le Sahara et en Polynésie soient entendues par le gouvernement. Lundi, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a inauguré le Comité d’indemnisation créé par la loi du 5 janvier 2010*. Quelque 10 millions d'euros vont être débloqués en 2011 pour dédommager les 150 000 militaires et civils - français et africains - touchés par les retombées radioactives.

Le décret est clair : pour bénéficier d’une indemnisation, la victime doit avoir été présente aux dates et lieux déterminés par la loi et être atteinte d’une des 18 maladies recensées dans le document.

Une liste de maladies "trop restrictive"

Pour Patrice Bouveret, membre de l’association de vétérans des essais nucléaires (AVEN) et responsable de l’Observatoire des armements, la loi d’indemnisation est louable mais imparfaite : "le gouvernement actuel est le premier à faire un pas vers nous depuis 1960, mais les modalités de l’indemnisation ne nous satisfont pas".

En cause, cette fameuse liste des 18 maladies ouvrant droit à réparation. "Dans les 18 cancers répertoriés, le gouvernement n’a pris en compte ni les lymphomes et myélomes [cancers du sang, ndlr] pourtant très répandus, ni les maladies cardio-vasculaires". Ainsi, sur les 3 250 adhérents de l’AVEN, 1 009 sont atteints de cancers divers mais seuls 681 sont pris en compte par la loi.

L’association parle déjà de "préjudice moral, sanitaire et social" car de nombreuses modalités, qu'elle juge "déroutantes", s’ajoutent à cette liste. Le cancer de la tyroïde, par exemple, est "limité aux personnes qui étaient enfant lors de leur exposition", une restriction d’âge "honteuse" pour Patrice Bouveret. Ou encore, le cancer du sein "ne peut concerner que les femmes". Une discrimination "injuste", selon le responsable de l’Observatoire des armements, qui rappelle que ce cancer n’épargne pas les hommes.

Des zones géographiques "mal définies"

La fronde ne s’arrête pas là. L’association estime que les "zones géographiques" retenues dans le décret contournent les lieux d’habitation des populations sahariennes et polynésiennes pourtant "copieusement contaminées entre 1966 et 1974". Des "laissés-pour-compte" qui révoltent l’AVEN : "Comment affirmer que le nuage radioactif aurait contourné certains lieux sans les pénétrer ?"

Devant ces récriminations, le ministère de la Défense a promis de réexaminer ultérieurement le dossier. "Une nouvelle réunion est déjà prévue avant la fin de l’année", se rassure Patrick Bouveret.

En attendant, c’est le branle-bas de combat dans les locaux de l’association. Dix dossiers sont partis en urgence dès l’installation officielle du comité et 250 sont sur les rangs. Les montants des indemnités devraient varier entre 50 000 et 90 000 euros par personne et les premiers versements arriver avant le mois de décembre.

 

*Loi relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des essais nucléaires français.
 

Première publication : 29/06/2010

COMMENTAIRE(S)