Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

Amériques

Selon Washington, "l'affaire des espions" n'affecte pas ses relations avec Moscou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2010

La Maison Blanche assure que les arrestations aux États-Unis de dix espions présumés n'affecteront pas ses relations avec la Russie. De son côté, Moscou déplore des arrestations "infondées et injustes".

AFP - L'arrestation d'espions présumés au profit de la Russie arrêtés aux Etats-Unis sera sans conséquences sur l'amélioration des relations russo-américaines, a assuré mardi la Maison Blanche, la diplomatie américaine minimisant pour sa part "un vestige" du passé.

"Nous avons fait d'importants progrès depuis un an et demi. Je ne pense pas que cela affectera nos relations", a déclaré le porte-parole Robert Gibbs.

Le président Barack Obama, a-t-il précisé, était d'ailleurs informé de l'enquête qui a abouti à l'arrestation d'espions présumés au profit de la Russie lorsqu'il a reçu la semaine dernière son homologue Dmitri Medvedev, mais il n'a pas mentionné cette affaire avec lui.

"Nous allons vers une relation plus confiante, nous avons dépassé la guerre froide et nos rapports le démontrent amplement", a expliqué pour sa part Phil Gordon, le sous-secrétaire d'Etat chargé de l'Europe.

"Certains vestiges de vieilles pratiques pour recueillir des renseignements sont encore parmi nous. Je pense que cette nouvelle n'a surpris personne", a-t-il ajouté.

"Nous aimerions arriver au point où la confiance et la coopération entre les Etats-Unis et la Russie seraient telles que personne ne penserait à recourir aux renseignements pour découvrir des choses qu'on ne pourrait pas connaître autrement. Apparemment, nous n'en sommes pas encore là", a encore commenté le diplomate.

L'administration Obama a contacté le gouvernement russe au sujet des arrestations, a indiqué par ailleurs Gordon Duguid, un porte-parole de la diplomatie américaine.

"Je n'ai pas l'intention d'entrer dans le détail de ce que nous avons fait" auprès de Moscou, a-t-il éludé, indiquant seulement qu'à sa connaissance, aucun diplomate russe n'avait été convoqué au département d'Etat.

La diplomatie russe a reconnu mardi la présence de citoyens russes parmi les dix espions présumés arrêtés dimanche aux Etats-Unis, mais a nié qu'ils aient agi contre les intérêts américains.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a déclaré de son côté espérer que cet épisode digne de la Guerre froide ne nuirait pas aux relations russo-américaines.

Les arrestations, quelques jours seulement après une visite réussie aux Etats-Unis du président Dmitri Medvedev, lors de laquelle l'accent avait été mis sur les succès de la relance des relations russo-américaines.

Interrogé sur le moment choisi pour les arrestations, Phil Gordon a souligné que le ministère américain de la Justice, qui supervise l'enquête, à son propre calendrier, distinct de celui de la diplomatie.

Première publication : 29/06/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les renseignements américains démantèlent un réseau d'espionnage russe

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama et Medvedev affichent leur entente

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)