Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : Muhammadu Buhari a été investi Président

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA : Sepp Blatter réélu malgré le scandale

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quatre résistants au Panthéon : de la mémoire nationale au symbole politique

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à décourvir sur Kickstarter

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Impôts : retour à la source ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le jeu dangereux de David Cameron

En savoir plus

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

Amériques

Neuf "espions russes" plaident leur remise en liberté devant la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/07/2010

Neuf des onze personnes soupçonnées d'espionnage au profit de la Russie comparaissent, ce jeudi, devant des tribunaux. Aucun n'a été inculpé formellement et ces audiences ne concernent pour l'instant que les demandes de mise en liberté provisoire.

AFP - Neuf des dix "espions russes" présumés arrêtés aux Etats-Unis devaient comparaître jeudi devant des tribunaux américains pour demander leur mise en liberté sous caution, une faveur que les juges risquent de leur refuser après la disparition du onzième suspect à Chypre.

La jeune Russe Anna Chapman, 28 ans, ne devait pas comparaître, le juge lui ayant déjà refusé la liberté, a-t-on appris de source judiciaire.

Les audiences devaient se dérouler devant trois tribunaux fédéraux, à Boston (Massachusetts, nord-est), New York (nord-est) et Alexandria (Virginie, est), à partir de midi (16H00 GMT).

Les premiers à comparaître sont un couple, répondant aux noms de Donald Howard Heathfield et Tracey Lee Ann Foley, arrêtés à leur domicile dimanche dernier à Boston sur une plainte du FBI (police fédérale), qui accuse les onze d'avoir fait partie, pour certains depuis des décennies, d'un réseau d'espionnage au profit de la Russie.


Le FBI affirme avoir mené cette enquête depuis près de 10 ans, mais rien n'a encore filtré sur l'importance des informations fournies par ces agents présumés, qui étaient chargés, selon les plaintes déposées aux greffes des tribunaux, "d'infiltrer des cercles de pouvoir".

Moscou et Washington ont calmé le jeu et multiplié les déclarations affirmant que l'embellie que connaissent leurs relations n'était pas menacée et qu'aucun diplomate russe n'allait être expulsé.

Aucun des onze espions présumés n'a encore été inculpé formellement par la justice américaine, et les audiences de jeudi ne concernent pour l'instant que les demandes de mise en liberté provisoire présentées par leurs avocats respectifs.

A New York, une audience préliminaire sur le fond a été fixée au 27 juillet pour les prévenus Richard et Cynthia Murphy, arrêtés dimanche dans le New Jersey (nord-est), Juan Lazaro et la journaliste Vicky Pelaez, arrêtés le même soir à leur domicile à Yonkers (banlieue nord de New York), et la femme d'affaires russe Anna Chapman, résidant à New York dans le quartier des affaires au sud de Manhattan, la seule dont la nationalité semble confirmée à ce jour.

En début d'après-midi à Alexandria en Virginie, Michael Zottoli, Patricia Mills et Mikhaïl Semenko, trois autres membres présumés du réseau, comparaissent également devant un juge, et enfin à 16 heures, les quatre personnes qui ont déjà été présentées au parquet lundi reviennent devant le juge qui a ordonné leur maintien en détention provisoire, arguant du "risque de fuite".

Le juge James Cott avait peut-être raison: le onzième homme, Christopher Robert Metsos, 54 ans, ne s'est pas présenté mercredi devant la police de Larnaca comme les termes de sa libération le stipulaient, et Chypre a perdu sa trace.

L'homme, qui fait l'objet d'une notice rouge d'Interpol, avait été appréhendé à l'aéroport de Larnaca au moment où il s'apprêtait à prendre un vol pour Budapest, puis libéré contre une caution de 26.500 euros, en attendant son éventuelle extradition vers les Etats-Unis, qui devait être étudiée à compter du 29 juillet.
 

Première publication : 01/07/2010

  • ESPIONNAGE

    Affaire des espions russes : un suspect s'évanouit dans la nature

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Espions russes présumés : de la rousse sulfureuse aux banlieusards sans histoires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Selon Washington, "l'affaire des espions" n'affecte pas ses relations avec Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)