Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Étudiants d'Abidjan, la colère gronde

En savoir plus

REPORTERS

Antiquités syriennes : sur les routes du trafic

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou est prêt à libérer 1 000 Palestiniens en échange de Shalit

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/07/2010

Le Premier ministre israélien a déclaré que l'État hébreu serait prêt à libérer 1 000 prisonniers palestiniens si le Hamas rendait la liberté au soldat Shalit. Tout en précisant que le pays ne paierait "pas n'importe quel prix".

REUTERS - Israël remettrait mille prisonniers palestiniens en liberté si le mouvement islamiste Hamas relâchait le soldat Gilad Shalit, capturé il y a quatre ans à la frontière de Gaza, a annoncé jeudi le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans un discours à la nation retransmis en direct, Netanyahu a dit que tous les Israéliens souhaitaient voir Shalit revenir sain et sauf mais que le pays ne pouvait pas "payer n'importe quel prix", l'expérience ayant montré que nombre de Palestiniens libérés s'étaient remis ensuite à attaquer des Israéliens.

"L'offre du médiateur allemand que nous avions décidé d'accepter prévoyait la libération de mille terroristes. C'est le prix que je suis prêt à payer pour ramener Gilad. J'ai dit oui à cet arrangement et il est applicable immédiatement", a-t-il déclaré.

Le dirigeant israélien se référait à des discussions au cours desquelles un échange de prisonniers a paru imminent en décembre dernier, mais sans se concrétiser par la suite. Des médias avaient évoqué un échange de mille détenus palestiniens contre Shalit, ce qui n'avait toutefois jamais été confirmé officiellement du côté israélien.

PRESSIONS SUR NETANYAHU

"Mais il y a des prix que je ne suis pas prêt à payer et qui ne sont pas inclus dans ce difficile arrangement", a dit Netanyahu.

"Je suis ferme sur deux principes fondamentaux. Le premier, c'est que des terroristes dangereux ne retourneront pas dans les régions de Judée et Samarie (Cisjordanie), d'où ils pourraient continuer de s'en prendre aux ressortissants d'Israël", a-t-il souligné en notant qu'ils pourraient se rendre en Tunisie, dans la bande de Gaza ou ailleurs.

Le second principe est que les "terroristes les plus importants" ne seront pas libérés, a ajouté Netanyahu.

Shalit, aujourd'hui âgé de 23 ans, a été enlevé en juin 2006 au cours d'un raid du Hamas à la limite du sud d'Israël et de la bande de Gaza. Il passe pour être détenu dans l'enclave côtière.

Dans le cadre d'une campagne visant à faire pression sur le gouvernement, la famille de Shalit et des sympathisants ont entamé dimanche une marche de douze jours vers Jérusalem, avec l'intention de camper devant les bureaux de Netanyahu pour qu'il négocie le retour du captif en Israël.

Selon la télévision israélienne, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007, a promptement rejeté l'offre de Netanyahu en estimant qu'elle ne contenait rien de nouveau.

Environ 7.000 Palestiniens sont emprisonnés en Israël.

Lors des négociations sous médiation allemande, le Hamas a accepté que certains des détenus arabes susceptibles d'être relâchés prennent le chemin de l'exil, mais en insistant pour que ce soit vers un pays de leur choix.
 

Première publication : 01/07/2010

  • ISRAËL

    Des milliers d'Israéliens participent à une marche pour la libération du soldat Gilad Shalit

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le Hamas réalise un dessin animé sur le soldat Gilad Shalit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)