Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

Asie - pacifique

Triple attentat-suicide à Lahore, des dizaines de morts

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/07/2010

À Lahore, dans l'est du Pakistan, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées dans un triple attentat-suicide qui visait le tombeau d'un saint soufi où de très nombreux pèlerins ont pour habitude de se rassembler le jeudi.

AFP - Au moins 37 personnes ont été tuées jeudi soir et 175 blessées dans un double attentat suicide visant le mausolée d'un saint de l'islam rempli de pèlerins à Lahore, dans l'est du Pakistan, pays en proie à une vague sanglante d'attaques des talibans alliés à Al-Qaïda.

La police et la mairie avaient initialement évoqué trois explosions.

Un premier kamikaze a déclenché sa veste bourrée d'explosifs dans la cour de ce gigantesque complexe en plein centre ville, puis un second a actionné sa bombe dans le sous-sol, où de nombreux pèlerins s'asseyent pour méditer le jeudi soir lors d'un rassemblement hebdomadaire de milliers de personnes, a raconté à l'AFP Chaudhry Shafiq, un officier de la police de Lahore.

Correspondance de Matthieu Mabin à Islamabad


"Au moins 37 personnes ont été tuées et 175 blessées dans deux attentats suicide" dans ce complexe, au coeur de la vieille ville historique, qui abrite le tombeau d'un saint soufi, a indiqué à l'AFP Aslam Tareen, le chef de la police de Lahore, mégalopole de quelque 10 millions d'habitants et deuxième ville du pays.

Le mausolée de Data Darbar recèle le tombeau du saint Hazrat Syed Ali bin Usman Hajweri, connu sous le nom de Data Ganj Bakhsh. Né à Ghazni, dans le centre de l'Afghanistan, il avait parcouru l'Asie du Sud au XIe siècle pour prêcher l'islam et convertir de nombreuses personnes. Il est mort à Lahore en 1077.

"C'était des attentats suicide, nous avons retrouvé les têtes et des membres de deux kamikazes", a expliqué Khusro Pervez, le chef de l'administration de la mairie. "Nous tentons de savoir comment ils ont pu pénétrer ainsi sur les lieux en dépit d'un important dispositif de sécurité", a-t-il ajouté.

Des policiers sur place ont ramassé d'innombrables petites billes d'acier et de clous dont les kamikazes bourrent d'ordinaire leurs vestes suicide.

Les attaques de Lahore n'ont pas été revendiquées mais les talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda, ainsi que des groupes qui leur sont liés, sont responsables d'une vague sans précédent d'attentats -- suicide pour la plupart -- qui ont fait plus de 3.400 morts dans tout le pays en trois ans.

Ces derniers mois, leur cible principale est Lahore.

Il y a un mois, le 28 mai, plus de 80 personnes y avaient péri dans les attaques simultanées par des kamikazes lourdement armés de deux mosquées d'une secte très minoritaire de l'islam, les ahmadis.

Et le 12 mars, un double attentat suicide visant des militaires, à Lahore également, avait fait 57 morts.

Deux kamikazes s'étaient approchés de véhicules de l'armée et avaient fait exploser leurs bombes à proximité d'un marché très fréquenté.

Quatre jours auparavant, à Lahore toujours, un kamikaze au volant d'une voiture piégée avait pulvérisé un immeuble de la police, tuant 15 policiers et passants.

Plusieurs des précédentes attaques de Lahore avaient été revendiquées par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe d'insurgés islamistes, qui a fait allégeance à Al-Qaïda dès sa création en décembre 2007, et dont les fiefs sont les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan.

Le TTP est le principal responsable des attentats depuis l'été 2007 quand, à l'unisson d'Oussama ben Laden en personne, il avait décrété le jihad contre Islamabad, allié-clé de Washington dans sa "guerre contre le terrorisme".

Faisal Shahzad, l'Américain d'origine pakistanaise accusé d'être l'auteur de l'attentat raté du 1er mai à Time Square à New York, a avoué avoir passé 40 jours dans les zones tribales avec les talibans, dont cinq pour apprendre à fabriquer des bombes, et le TTP a revendiqué cette tentative d'attentat.

Les zones tribales du Pakistan sont considérées par Washington comme "la région la plus dangereuse du monde", fief des talibans pakistanais, principal sanctuaire d'Al-Qaïda dans le monde, et base arrière des talibans afghans qui combattent de l'autre côté de la frontière les quelque 142.000 soldats des forces internationales.

Première publication : 01/07/2010

  • PAKISTAN

    Des dizaines de militaires pakistanais portés disparus après une attaque des Taliban

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Vers une fédération des réseaux djihadistes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)