Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

Amériques

Espionnage au profit de Moscou : deux suspects reconnaissent être russes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2010

Deux des dix personnes arrêtées aux États-Unis et soupçonnées d'être des espions au profit de Moscou ont admis être russes. Michael Zottoli a avoué s'appeler Mikhaïl Koutzik alors que le vrai nom de Patricia Mills est Natalia Pereverzera.

AFP - Deux des dix suspects d'espionnage arrêtés aux Etats-Unis ont admis être russes et ont révélé leur identité, selon une lettre envoyée vendredi par le ministère public américain au tribunal fédéral d'Alexandria (Virginie, est).

Dans cette lettre, envoyée de New York, le procureur Preet Bharara demande à la juge Theresa Buchanan de maintenir en détention les trois suspects qui devaient comparaître vendredi, arguant, comme il l'a déjà fait dans de précédents documents concernant d'autres agents présumés, du "risque de fuite".

"De nouvelles preuves (de culpabilité) ont été mises au jour depuis le dépôt de la plainte" de la police fédérale américaine (FBI) lundi, écrit le procureur. "Ainsi, après avoir été arrêtés, Zottoli et Mills ont admis qu'ils avaient de fausses identités et qu'ils étaient en fait citoyens russes".

Michael Zottoli, Patricia Mills et Mikhaïl Semenko comparaissaient vendredi à Alexandria pour une audience sur leurs demandes de libération sous caution.

"Zottoli a admis qu'il était un citoyen russe dont le vrai nom est Mikhaïl Koutzik, (...) et que son père vit en Russie", explique le procureur.

De son côté, "Patricia Mills est également russe et s'appelle Natalia Pereverzera. Mills a déclaré que ses parents, son frère et sa soeur vivent à Moscou", selon la lettre.

Première publication : 02/07/2010

COMMENTAIRE(S)