Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Moyen-orient

Israël refuse de s'excuser pour l'attaque de la flottille

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2010

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou estime qu'Israël n'a pas à s'excuser pour l'assaut mené par ses forces spéciales contre une flottille d'aide internationale au large de Gaza, le 31 mai. Cette attaque avait fait neuf morts.

AFP - Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé vendredi soir qu'Israël ne s'excuserait pas pour l'abordage dans les eaux internationales le 31 mai d'un navire turc d'une flottille d'aide pour Gaza, qui a fait neuf morts parmi les passagers.

"Israël ne peut pas s'excuser du fait que ses soldats ont dû se défendre pour échapper à un lynchage de la part d'une foule", a déclaré M. Netanyahu dans une interview à la première chaîne publique de la télévision israélienne.

"Nous regrettons les pertes en vies humaines", a-t-il ajouté.

Interrogé sur d'éventuels dédommagements qu'Israël serait prêt à verser aux familles des victimes de cet assaut sanglant, M. Netanyahu a répondu: "nous n'avons pas discuté de cela".

Le Premier ministre s'est félicité de la rencontre mercredi à Bruxelles du ministre israélien du Commerce et de l'Industrie, Binyamin Ben Eliezer, avec le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, qui a marqué une reprise de contact entre Israël et la Turquie après la crise provoquée par le raid contre la flottille qui a fait neuf morts Turcs.

"Cette rencontre a été importante en soi. Il est important pour la Turquie comme pour Israël que de tels contacts aient lieu", a-t-il dit.

Interrogé à propos de la Commission créée par Israël pour enquêter sur l'affaire de la flottille humanitaire, M. Netanyahu a estimé que "cette commission répond aux demandes de la communauté internationale, car elle compte deux experts étrangers reconnus".

"Cette commission a demandé à disposer de prérogatives étendues, et nous avons accédé à cette demande car nous n'avons rien à cacher", a-t-il ajouté.

A la journaliste qui lui demandait si le moratoire partiel de la construction dans les colonies de Cisjordanie allait expirer comme prévu le 26 septembre, le Premier ministre a répondu: "Nous avons pris une décision et elle n'a pas été modifiée".

Il a cependant ajouté que "cette décision a été prise pour encourager les Palestiniens à engager des négociations de paix directes avec Israël, et ils ne l'ont toujours pas fait".

Israël et l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas mènent depuis mai des négociations indirectes de paix, dites de proximité, sous l'égide des Etats-Unis.

Les pourparlers directs ont été suspendus lors de l'offensive israélienne contre la bande de Gaza en décembre 2008/janvier 2009.

M. Netanyahu a par ailleurs indiqué qu'à l'occasion de sa rencontre à la Maison Blanche le 6 juillet avec le président Barack Obama il entend "faire tout le possible pour empêcher que l'Iran accède à l'arme nucléaire, et pour promouvoir le processus de paix" avec les Palestiniens.

Première publication : 02/07/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Flottille humanitaire : Israël prêt à accepter des enquêteurs internationaux

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En visite à Gaza, le chef de la Ligue arabe réclame la fin du blocus

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama emploie un ton ferme envers Israël en recevant Mahmoud Abbas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)