Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Les socialistes et les Verts : après la fusion la fission !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

Le souverainisme à la mode ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La politique... un choc de personnalités ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

Moyen-orient

Visite du vice-président américain Joe Biden à Bagdad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2010

Le vice-président américain, Joe Biden, est arrivé à Bagdad pour tenter de débloquer la crise politique irakienne. Il célébrera la fête de l'indépendance des États-Unis avec les troupes américaines, engagées dans un processus de retrait d'Irak.

AFP - Le vice-président américain Joe Biden, arrivé samedi à Bagdad pour une visite surprise, s'est dit "extrêmement optimiste" quant aux chances de former un nouveau gouvernement irakien et de régler une crise politique qui dure depuis près de quatre mois.

Si la Maison Blanche a indiqué que ce voyage devait permettre à M. Biden et à son épouse Jill de célébrer dimanche la Fête de l'indépendance des Etats-Unis aux côtés des troupes américaines en plein retrait d'Irak, le vice-président a laissé entendre dans ses premiers commentaires que la politique irakienne serait au coeur de sa visite.

"Je suis extrêmement optimiste quant à la formation d'un gouvernement qui soit représentatif", a déclaré le vice-président aux journalistes à Bagdad.

"Toutes les parties discutent", s'est-il félicité.

Près de quatre mois après les législatives, les Irakiens attendent toujours de connaître le nom de leur prochain Premier ministre et la composition de leur prochain gouvernement.

Mais M. Biden a tenu à relativiser le problème, dans un pays qui sort difficilement de sept années de violences.

"Le pays est dans cette position où, d'un côté, il semble très difficile de constituer un gouvernement, mais de l'autre, il ne s'agit que de politique locale", a-t-il dit. "Ce n'est pas tellement différent pour les autres gouvernements".

A Bagdad, le blocage paraît total entre les deux principaux prétendants au fauteuil de Premier ministre.

Bien que devancé dans les urnes par le Bloc irakien de l'ex-chef du gouvernement Iyad Allawi, un laïque soutenu par les sunnites, le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki est parvenu à fédérer une vaste coalition chiite qui peut compter sur le soutien des Kurdes pour être majoritaire au Parlement.

Cependant, le maintien de M. Maliki est loin de faire consensus au sein même de cette coalition.

Au cours de sa visite, sa première depuis janvier, M. Biden doit notamment rencontrer MM. Allawi et Maliki, ainsi que le président Jalal Talabani.

Arrivé en fin d'après-midi, M. Biden a été accueilli à l'aéroport par l'ambassadeur américain en Irak, Christopher Hill, le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari et le commandant en chef des forces américaines en Irak, le général Ray Odierno.

Il a également été salué par trois de ses compatriotes, les sénateurs John McCain, Joe Lieberman et Lindsey Graham, arrivés la veille et dont la présence à Bagdad illustre la multiplication des initiatives diplomatiques américaines pour sortir l'Irak de l'impasse politique.

Ce blocage inquiète les Etats-Unis qui doivent avoir retiré dans les deux prochains mois l'ensemble de leurs troupes de combat d'Irak. Washington préférerait que ce départ se déroule dans un contexte politique apaisé, alors que la situation reste instable sur le front de la sécurité.

"Je veux dire aux Irakiens que les Etats-Unis ne sont pas en train d'abandonner l'Irak et ne le feront je crois jamais", a déclaré le sénateur Lieberman.

Sept ans après l'invasion qui a entraîné la chute de l'ex-président Saddam Hussein, les Etats-Unis disposent actuellement de 77.500 soldats en Irak, un contingent qui doit être ramené à 50.000 au 1er septembre.

La Maison Blanche a précisé dans son communiqué que M. Biden, qui avait déjà passé le 4 juillet 2009 à Bagdad, participerait à une série d'activités pour la Fête de l'indépendance.

Il doit également rendre visite aux soldats de la Garde nationale qui se préparent à rentrer aux Etats-Unis pour discuter de leur réintégration, selon la Maison Blanche. Enseignante de formation, son épouse doit participer à une table ronde avec des Irakiennes dispensant des cours d'anglais à Bagdad.

Première publication : 03/07/2010

  • TURQUIE - IRAK

    L'aviation turque bombarde plusieurs repaires du PKK dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    Double attentat meurtrier à Bagdad

    En savoir plus

  • IRAK

    Le nouveau Parlement a tenu sa première session

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)