Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Moyen-orient

Le grand ayatollah Fadlallah, le chef religieux des chiites libanais, est décédé

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2010

L'un des principaux représentants de l'islam chiite, le grand ayatollah Sayyed Mohammed Hussein Fadlallah, est mort à l'âge de 75 ans. Proche du Hezbollah dans les années 1980, il avait été un partisan de la Révolution islamique en Iran.

AFP - Le Grand ayatollah Mohammad Hussein Fadlallah, autrefois considéré comme le mentor controversé du parti pro-iranien Hezbollah et qui était une personnalité très influente de l'islam chiite, est décédé dimanche dans un hôpital de Beyrouth, à l'âge de 75 ans.

"Le père, le leader, l'autorité, le guide, l'homme est parti", a réagi un proche, l'ayatollah Abdallah Al-Ghureifi (originaire de Bahreïn), lors d'une conférence de presse dans la mosquée Al-Imamayn al-Hassanayn, dans la banlieue sud de Beyrouth.

"Il refusait l'étiquette de guide spirituel du Hezbollah"

C'est dans cette mosquée, qu'il sera enterré mardi à l'issue de funérailles prévues à 10H30 GMT, a annoncé son bureau. Il avait été hospitalisé vendredi pour une hémorragie interne.

Le Hezbollah a appelé à trois jours de deuil, affirmant dans un communiqué que "le Liban, la nation musulmane et le monde tout entier" avaient "perdu un grand savant musulman".

"Il a soutenu clairement et avec courage la +résistance+ (le Hezbollah, ndlr) contre l'ennemi sioniste (Israël)", selon ce texte. Le secrétaire général de la formation chiite Hassan Nasrallah a regretté "la perte d'un guide qui a toujours était partisan du dialogue et hostile à l'injustice".

Comme Nasrallah, Fadlallah était inscrit par les Etats-Unis sur leur liste des "terroristes internationaux", établie en 1995.

D'autres dirigeants libanais comme le Premier ministre Saad Hariri ou le chef du Parlement Nabih Berri, ont déploré "la perte d'une personnalité nationale et spirituelle influente" et "une voix de modération".

Le conseil de la province irakienne de Najaf, siège de la plus haute autorité de l'islam chiite, a estimé que sa mort était "une perte et une catastrophe. Par ses idées et son travail, il était un défenseur de l'unité islamique", selon un communiqué.

Le chef radical chiite irakien Moqtada Sadr, qui vit en Iran, a appelé ses partisans en Irak et ailleurs à un deuil de trois jours.

Au Caire, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, "a salué les positions patriotiques du défunt", le qualifiant de l'un des défenseurs "d'un Liban modèle de coexistence entre les civilisations".

Des centaines de ses partisans, dont de nombreuses femmes vêtues de noir et arborant des portraits du Grand ayatollah, s'étaient rassemblés dimanche devant la mosquée où il avait l'habitude de prononcer son sermon les vendredi. Ses proches y étaient réunis pour recevoir les condoléances.

Mohammad Hussein Fadlallah était considéré comme le guide spirituel du Hezbollah durant les premières années de ce mouvement fondé au Liban en 1982 avec le soutien des Gardiens de la Révolution iraniens.

Il avait été accusé dans les années 1980 par des médias américains d'être à l'origine des prises d'otages d'Américains au Liban par des groupes radicaux liés à l’Iran. D’autres médias le présentaient au contraire comme un médiateur dans cette crise. La nature de son rôle n'a jamais été élucidée.

Dès les premières années, les relations s'étaient distendues entre le dignitaire et le Hezbollah du fait de l'influence grandissante de Téhéran sur le "parti de Dieu".

Mais le "Sayyed" (titre donné aux descendants du prophète Mahomet, ndlr) était resté un partisan de la Révolution islamique en Iran et de la lutte armée contre Israël.

Auteur de plusieurs ouvrages théologiques, il était connu pour son pragmatisme, pour être un partisan du dialogue, pour son ouverture sur le développement scientifique et son audace dans l'interprétation des textes de l'islam (ijtihad, propre au chiisme).

Le charismatique religieux à la barbe blanche et au visage serein était connu pour ses avis religieux tolérants, notamment vis-à-vis des femmes, et pour ses annonces à l'avance du début du ramadan, le mois de jeûne musulman, en se basant sur des calculs astronomiques, contrairement à l'usage qui veut que l'on observe le croissant de lune à l'oeil nu.

Première publication : 04/07/2010

COMMENTAIRE(S)