Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Amériques

L'ombre des cartels de drogue pèse sur les élections locales partielles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2010

Les Mexicains ont commencé à voter pour élire 12 des 31 gouverneurs des États qui composent le pays. Un scrutin menacé par les cartels de la drogue, accusé notamment du meurtre d'un candidat dans l'État de Tamaulipas fin juin.

AFP - Les opérations de vote ont commencé dimanche au Mexique pour le renouvellement de la réprésentation politique dans près de la moitié des Etats de la République fédérale, sans incident après une campagne ensanglantée par des meurtres attribués aux cartels de la drogue.

Le scrutin, ouvert à 8h00 locales (13h00 GMT) était "tranquille" dans l'Etat de Tamaulipas, frontalier du Texas aux Etats-Unis, où des inconnus ont assassiné le 28 juin le favori pour le poste de gouverneur, Rodolfo Torre.

Les élections locales se déroulent sur fond de violence

"Jusqu'ici on nous signale une tranquillité absolue dans notre Etat, c'est pourquoi nous espérons que les citoyens viendront voter en nombre", a déclaré à la presse le président de l'Institut électoral du Tamaulipas, Jose Luis Navarro.

A deux ans de la présidentielle, l'élection des gouverneurs de 12 des 31 Etats du pays constitue un test pour le président Felipe Calderon et son Parti d'action nationale (PAN, conservateur), déjà battu aux législatives par le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, centre-gauche).

Le PRI, au pouvoir au Mexique de 1928 à décembre 2000 avant de céder la place au PAN, et qui détient déjà neuf des 12 postes de gouverneurs en jeu dimanche, se pose en favori de la présidentielle, à laquelle la Constitution interdit à M. Calderon de se représenter.

L'ombre des cartels de la drogue a plané comme jamais sur la campagne électorale, avec l'assassinat, outre celui de M. Torre, de deux maires et d'un candidat. L'influence des cartels sur toutes les élections mexicaines et les milieux politiques en général est dénoncée de longue date, mais elle n'avait jamais été aussi sanglante.

Les bureaux de vote ferment à 18h00 (23h00 GMT), et les premiers résultats partiels sont attendus une heure plus tard.

Première publication : 04/07/2010

  • MEXIQUE

    Un candidat au poste de gouverneur tué dans le nord-est

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Les autorités arrêtent un puissant baron de la drogue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)