Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Christian Blanc et Alain Joyandet démissionnent du gouvernement

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2010

Épinglés ces derniers mois par la presse pour leur utilisation des deniers publics, Christian Blanc et Alain Joyandet, secrétaires d'État au Grand Paris et à la Coopération, ont présenté leur démission dimanche du gouvernement.

AFP - Dans un climat politique délétère lié à l'accumulation d'affaires impliquant des membres du gouvernement ou des responsables de la majorité, deux ministres, Alain Joyandet et Christian Blanc, ont été amenés dimanche à démissionner.

"Sarkozy et Fillon ont demandé ces démissions"

En fin d'après-midi, M. Joyandet, secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie et proche de longue date du président Nicolas Sarkozy, a créé la surprise -jusqu'à l'Elysée- en annonçant lui-même sur son blog qu'il renonçait à son portefeuille.

Quelques minutes plus tard, l'Elysée confirmait, dans un communiqué, cette démission en annonçant celle... d'un deuxième secrétaire d'Etat, Christian Blanc (Grand Paris). Cette double démission -fait rarissime- a été "acceptée" par le chef de l'Etat et le Premier ministre François Fillon.

Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a déclaré dans la soirée à l'AFP que c'est le duo exécutif qui a exigé la démission des deux hommes.

"Le président de la République et le Premier ministre ont décidé de tirer les conséquences d'évènements survenus ces derniers jours, que les Français n'ont ni compris ni acceptés", a affirmé M. Chatel.

"Après mûre réflexion, ils ont demandé à MM. Joyandet et Blanc, après avoir échangé avec eux, de démissionner", a-t-il ajouté, en précisant que cette demande avait été formulée "dimanche". Cette double démission était dans les tuyaux dès vendredi, selon une source gouvernementale.

Mais, selon une autre source, la réalité serait différente. Pris de court par la démission de M. Joyandet - qui avait certes proposé de démissionner dès vendredi mais que M. Sarkozy aurait tenté de retenir -, l'Elysée a saisi l'occasion pour congédier aussi M. Blanc, dont l'affaire de cigares a agacé au plus haut point le chef de l'Etat.

M. Joyandet avait été épinglé à deux reprises, ces derniers mois, par la presse: location d'un avion privé pour 116.500 euros pour participer en Martinique à une conférence internationale puis soupçons autour d'un permis de construire illégal pour agrandir une maison dans le Var.

JOYANDET ET BLANC POUSSÉS À DÉMISSIONNER
Pour M. Blanc, Le Canard enchaîné a révélé une facture de 12.000 euros de cigares aux frais du contribuable.

Ces démissions interviennent dans un contexte d'affaires à répétition ayant touché des membres du gouvernement et de la majorité: mission de l'ancienne ministre Christine Boutin, affaire Bettencourt dans laquelle le ministre du Travail Eric Woerth se retrouve empêtré.

La situation de M. Woerth "n'a factuellement rien à voir" avec celles de MM. Blanc et Joyandet, liées aux "deniers de l'Etat", a affirmé dimanche soir la secrétaire d'Etat Nathalie Kosciusko-Morizet.

Mais ces démissions "posent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent", a réagi Jean-Christophe Cambadélis (PS). Soit c'est "une tentative de l'Elysée de jeter du lest" et ça "pose plus fortement la question d'Eric Woerth", "soit ces démissions sont +spontanées+ et c'est l'image d'un délitement qui appelle à un changement de gouvernement".

"Tout ça, c'est un écran de fumée pour protéger Woerth", affirme une source gouvernementale.

Mercredi, en recevant les députés UMP à l'Elysée, le chef de l'Etat avait promis de tirer "sévèrement" les conséquences de ces affaires, lors d'un remaniement du gouvernement en octobre, après la réforme des retraites, estimant que "tout ce qu'(il) ferait à chaud compliquerait (sa) tâche".

Evoquant "certains comportements de ministres qui ne (lui) ont pas plu", il en avait précisément visé certains: "avions", "cigares", "nature d'hôtel"... allusions à Alain Joyandet, Christian Blanc et Rama Yade (Sports).

Selon M. Chatel, "il n'a pas été demandé" à Mme Yade de démissionner.

Première publication : 04/07/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)