Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Christian Blanc et Alain Joyandet démissionnent du gouvernement

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2010

Épinglés ces derniers mois par la presse pour leur utilisation des deniers publics, Christian Blanc et Alain Joyandet, secrétaires d'État au Grand Paris et à la Coopération, ont présenté leur démission dimanche du gouvernement.

AFP - Dans un climat politique délétère lié à l'accumulation d'affaires impliquant des membres du gouvernement ou des responsables de la majorité, deux ministres, Alain Joyandet et Christian Blanc, ont été amenés dimanche à démissionner.

"Sarkozy et Fillon ont demandé ces démissions"

En fin d'après-midi, M. Joyandet, secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie et proche de longue date du président Nicolas Sarkozy, a créé la surprise -jusqu'à l'Elysée- en annonçant lui-même sur son blog qu'il renonçait à son portefeuille.

Quelques minutes plus tard, l'Elysée confirmait, dans un communiqué, cette démission en annonçant celle... d'un deuxième secrétaire d'Etat, Christian Blanc (Grand Paris). Cette double démission -fait rarissime- a été "acceptée" par le chef de l'Etat et le Premier ministre François Fillon.

Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a déclaré dans la soirée à l'AFP que c'est le duo exécutif qui a exigé la démission des deux hommes.

"Le président de la République et le Premier ministre ont décidé de tirer les conséquences d'évènements survenus ces derniers jours, que les Français n'ont ni compris ni acceptés", a affirmé M. Chatel.

"Après mûre réflexion, ils ont demandé à MM. Joyandet et Blanc, après avoir échangé avec eux, de démissionner", a-t-il ajouté, en précisant que cette demande avait été formulée "dimanche". Cette double démission était dans les tuyaux dès vendredi, selon une source gouvernementale.

Mais, selon une autre source, la réalité serait différente. Pris de court par la démission de M. Joyandet - qui avait certes proposé de démissionner dès vendredi mais que M. Sarkozy aurait tenté de retenir -, l'Elysée a saisi l'occasion pour congédier aussi M. Blanc, dont l'affaire de cigares a agacé au plus haut point le chef de l'Etat.

M. Joyandet avait été épinglé à deux reprises, ces derniers mois, par la presse: location d'un avion privé pour 116.500 euros pour participer en Martinique à une conférence internationale puis soupçons autour d'un permis de construire illégal pour agrandir une maison dans le Var.

JOYANDET ET BLANC POUSSÉS À DÉMISSIONNER
Pour M. Blanc, Le Canard enchaîné a révélé une facture de 12.000 euros de cigares aux frais du contribuable.

Ces démissions interviennent dans un contexte d'affaires à répétition ayant touché des membres du gouvernement et de la majorité: mission de l'ancienne ministre Christine Boutin, affaire Bettencourt dans laquelle le ministre du Travail Eric Woerth se retrouve empêtré.

La situation de M. Woerth "n'a factuellement rien à voir" avec celles de MM. Blanc et Joyandet, liées aux "deniers de l'Etat", a affirmé dimanche soir la secrétaire d'Etat Nathalie Kosciusko-Morizet.

Mais ces démissions "posent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent", a réagi Jean-Christophe Cambadélis (PS). Soit c'est "une tentative de l'Elysée de jeter du lest" et ça "pose plus fortement la question d'Eric Woerth", "soit ces démissions sont +spontanées+ et c'est l'image d'un délitement qui appelle à un changement de gouvernement".

"Tout ça, c'est un écran de fumée pour protéger Woerth", affirme une source gouvernementale.

Mercredi, en recevant les députés UMP à l'Elysée, le chef de l'Etat avait promis de tirer "sévèrement" les conséquences de ces affaires, lors d'un remaniement du gouvernement en octobre, après la réforme des retraites, estimant que "tout ce qu'(il) ferait à chaud compliquerait (sa) tâche".

Evoquant "certains comportements de ministres qui ne (lui) ont pas plu", il en avait précisément visé certains: "avions", "cigares", "nature d'hôtel"... allusions à Alain Joyandet, Christian Blanc et Rama Yade (Sports).

Selon M. Chatel, "il n'a pas été demandé" à Mme Yade de démissionner.

Première publication : 04/07/2010

COMMENTAIRE(S)