Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

FRANCE

Les mauvaises affaires du gouvernement Fillon

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2010

Alain Joyandet et Christian Blanc quittent leurs fonctions dans un climat délétère. Depuis plusieurs semaines, chaque jour apporte son lot d’affaires impliquant des membres du gouvernement. Tour d’horizon.

 

27 mars, le jet privé d’Alain Joyandet

Alain Joyandet, ex-secrétaire d'État à la Coopération.

Aujourd’hui démissionnaire, l'ex-secrétaire d'État à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet, s’est fait épingler par deux fois ces derniers mois. En mars, "Le Canard enchaîné" révèle que celui-ci a loué un avion privé pour 116 500 euros afin de se rendre en Martinique, où il devait assister à une conférence sur la reconstruction d’Haïti. En juin, l’hebdomadaire "Le Canard enchaîné" affirme de son côté qu’il aurait bénéficié d'un permis de construire illégal pour agrandir la propriété qu'il possède à Grimaud (Var), près de Saint-Tropez. Tout en affirmant n’avoir rien à se reprocher, Alain Joyandet a ensuite renoncé à ce permis.

 

18 mai, les deux appartements de Christian Estrosi

Christian Estrosi, ministre de l'Industrie.

"Le Canard enchaîné" révèle que le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, bénéficie de deux appartements de fonction, dont l’un de 60m2 est occupé par sa fille, étudiante à Paris. Dans la foulée, Bercy s’empresse de préciser, via un communiqué, que, "strictement en conformité avec les textes [...], le ministre chargé de l'Industrie occupe en famille un logement de fonction de 70m2 dans les locaux du ministère situé rue de Lille" et qu’"il est également mis à sa disposition un logement de 55m2 à Bercy pour ses contraintes de fonction". Ces logements de fonction étant attribués aux ministres "pour eux et leur famille", Christian Estrosi "occupe ainsi son logement de fonction situé rue de Lille avec sa fille".

 

2 juin, l’appartement de Fadela Amara

Fadela Amara, secrétaire d’État à la Ville.

La secrétaire d’État à la Ville, Fadela Amara, est au cœur d’une polémique. "Le Canard enchaîné", encore lui, révèle en effet que l’ancienne présidente de l’association Ni putes ni soumises héberge, depuis plus d’un mois, l'un de ses frères dans un appartement de fonction du VIIe arrondissement de Paris, qu’elle n’occupe pas elle-même.

 

 

 

9 juin, la mission de Christine Boutin

Christine Boutin, ancienne ministre du Logement.

"Le Canard enchaîné" rapporte que Christine Boutin, ancienne ministre du Logement du gouvernement Fillon, touche 9 500 euros par mois pour une mission confiée par l’Élysée. Or, la présidente du Parti chrétien-démocrate perçoit déjà 6 000 euros de retraite parlementaire ainsi que 2 000 euros d'indemnités de conseillère générale. Sous la pression, celle-ci finit par renoncer à son salaire de 9 500 euros. Et le Premier ministre, François Fillon, promet d’encadrer les rémunérations de ce genre de missions.

 

10 juin, les cigares de Christian Blanc

Christian Blanc, ex-secrétaire d'État au Développement de la région capitale.

Avant de quitter ses fonctions, Christian Blanc, le secrétaire d'État au Développement de la région-capitale, s'est, selon "Le Canard enchaîné", offert pour 12 000 euros de cigares sur des deniers publics. C’est plus pour des questions morales que pour le montant de la somme détournée que cette affaire a choqué l’opinion publique.

 

 

 

 

15 juin, l’hôtel cinq étoiles de Rama Yade

Rama Yade, secrétaire d'État aux Sports.

Après avoir dénoncé le côté luxueux et "clinquant" de l’hôtel occupé par l’équipe de France à l'occasion de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud (589 euros par nuit et par joueur), Rama Yade se fait à son tour épingler. "Le Canard enchaîné" révèle que la chambre réservée pour la secrétaire d’État aux Sports alors en déplacement dans le pays de Nelson Mandela est encore plus chère que celle des Bleus. La benjamine du gouvernement avait prévu de passer deux nuits dans une suite facturée 667 euros par un hôtel cinq étoiles de Georgetown. Cinq autres chambres à 340 euros avaient également été réservées pour des membres de son cabinet. L’hebdomadaire satirique a estimé que le séjour en Afrique du Sud de Rama Yade a coûté au minimum 45 000 euros, dont 37 000 euros en billets d'avion réservés en classe affaire.

 

16 juin, les liaisons dangereuses du couple Woerth

Éric Woerth, ministre du Travail.

L’affaire qui a le plus agité la classe politique reste celle qui implique Éric Woerth. L’actuel ministre du Travail est accusé de s’être trouvé en position de conflit d’intérêts alors qu'il était ministre du Budget et que son épouse travaillait pour Clymène, une société chargée de la gestion de la fortune de Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France. Le site Mediapart a en effet rendu public des enregistrements pirates de conversations entre Mme Bettencourt et Patrick de Maistre, le patron de Clymène, qui font apparaître des liens troubles entre l'héritière de L'Oréal et le couple Woerth. De nouvelles révélations ne tardent pas à sortir dans la presse, comme par exemple le versement de 30 millions d'euros du fisc à Mme Bettencourt au titre du bouclier fiscal. Éric Woerth nie en bloc les accusations dont il fait l’objet.

Première publication : 05/07/2010

COMMENTAIRE(S)