Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Asie - pacifique

Tensions à Urumqi, un an après les sanglantes émeutes interethniques

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2010

La capitale de la province chinoise du Xinjiang est sous haute surveillance alors que ce lundi marque le premier anniversaire des violences interethniques opposant les Hans à la minorité ouïghoure, musulmane et turcophone.

AFP - La police contrôlait lundi la capitale de la région du Xinjiang, Urumqi, dans le nord-ouest de la Chine, une ville sous tensions ensanglantée il y a un an par des émeutes interethniques.

Le 5 juillet 2009 avaient éclaté des violences nourries par le ressentiment d'une partie de la minorité ouïghoure, musulmane et de langue turque, envers la domination chinoise représentée par les Hans.

Les jours suivants, des groupes de Hans, armés de couteaux et de barres de fer, étaient descendus dans les rues pour se venger.

Lundi, Urumqi était inhabituellement calme, les autorités ayant conseillé aux Ouïghours de ne pas sortir de chez eux, avait expliqué à l'AFP l'un d'entre eux les jours précédents.

"C'est très tendu aujourd'hui. Regardez les rues, il n'y a pas beaucoup de gens alors que d'habitude ça grouille", a témoigné Liu Yan, un chauffeur de taxi quinquagénaire de l'ethnie han.

"Les Ouïghours n'osent sûrement pas sortir, car c'est un anniversaire sensible", a-t-il ajouté.

Des centaines de policiers ont été déployés surtout dans le quartier ouïghour, où la police anti-émeute, avec matraques et boucliers, patrouillait, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Une grande partie de la place du Peuple, centre de la ville d'où étaient parties les émeutes l'an dernier, était fermée au public, pour cause de rénovation.

Des véhicules militaires circulaient aux alentours.

"Après les émeutes, beaucoup de Hans ont eu peur de se rendre dans le quartier ouïghour. Comme chauffeur de taxi, j'y penserai à deux fois avant de prendre un client ouïghour, car j'ai peur", a dit Liu Yan.

Officiellement, près de 200 personnes avaient été tuées et 1.700 blessées à partir du 5 juillet 2009, les autorités chinoises accusant les "séparatistes ethniques" d'avoir fomenté ces violences.

Environ 200 personnes ont été condamnées par la justice, au moins 26 condamnées à mort, dont neuf ont été exécutées, selon les médias chinois.

Stratégique, riche en ressources naturelles, le Xinjiang a bénéficié des efforts d'investissements de Pékin, mais les Ouïghours s'estiment exclus de la vigoureuse croissance chinoise.
 

Première publication : 05/07/2010

COMMENTAIRE(S)