Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Sports

Le Ballon d'Or France Football fusionne avec le prix Fifa de "joueur de l'année"

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2010

Le magazine "France Football" et la Fifa, qui attribuent respectivement, tous les ans, le Ballon d'Or et le prix du meilleur joueur de l'année, ne décerneront désormais plus qu'un seul et même trophée : le Ballon d'Or Fifa.

AFP - Les deux trophées individuels les plus prestigieux vont fusionner en un seul: "le Ballon d'Or Fifa", ont annoncé ensemble le groupe qui édite France Football et le président de la Fédération internationale (Fifa), Joseph Blatter, lundi à Johannesburg.

Depuis 1956, France Football désignait par un vote de journalistes internationaux son Ballon d'Or (premier lauréat, l'Anglais Stanley Matthews), récompensant le meilleur joueur européen puis à partir de 1994 le meilleur joueur évoluant en Europe, quelle que soit sa nationalité.

Depuis 1991 (Lothar Matthaüs), la Fifa élisait son "Joueur de l'année" en faisant voter les sélectionneurs et capitaines d'équipes nationales.

"Nous voulions mettre ensemble dans une même coupe les acquis de France Football depuis plus de cinquante ans et ceux de la Fifa depuis 19 ans pour former un tout qui restera le Ballon d'Or", a expliqué M. Blatter.

Le président de la Fifa a signé la convention liant les deux parties avec Marie-Odile Amaury, présidente d'Amaury Sport Organisation (ASO), qui édite France Football, le magazine qui a inventé le Ballon d'Or.

L'accord durera au moins jusqu'à la prochaine Coupe du monde, a expliqué M. Blatter, et le premier Ballon d'Or Fifa sera remis le 10 janvier à Zurich.

Les deux parties s'étaient rapprochées dès 2006 et ont finalisé l'accord au cours de l'année écoulée, a expliqué à l'AFP François Morinière, directeur général du groupe L'Equipe, qui publie France Football.

"Nous ne parlons pas d'argent"

Ces cinq dernières années, les deux titres étaient d'ailleurs toujours revenus au même joueur: Ronaldinho (2005), Fabio Cannavaro (2006), Kaka (2007), Cristiano Ronaldo (2008) et Lionel Messi (2009).

Ni la Fifa ni le groupe Amaury n'ont évoqué la partie financière de l'accord. "Comme dans les transferts de joueurs, nous ne parlons pas d'argent", a dit M. Blatter.

De sources proches du dossier, on assure que le magazine a vendu à la Fifa le nom de son prestigieux trophée, sans donner de somme. La notoriété de France Football, magazine dont les ventes sont en baisse chronique, doit beaucoup au Ballon d'Or.

"Chaque numéro du Ballon d'Or est un événement majeur, explique M. Morinière, nous vendons 40 à 50% d'exemplaires en plus que d'habitude (FF paraît le mardi et le vendredi)".

"Je vous remercie Madame Amaury de tendre la main à la Fifa et de donner cette appellation de Ballon d'Or, c'est de la générosité", a salué M. Blatter. "Si on veut grandir, on abandonne au passage quelque chose, mais le gagnant, c'est le football! On aura un seul trophée pour le meilleur joueur du monde".

Le collège des électeurs mixera ceux du Ballon d'Or, des journalistes spécialisés, et du joueur Fifa, capitaines et sélectionneurs d'équipes nationales étendu aux 208 membres de la Fifa.

"Ca va donner envie de plus travailler encore pour devenir le meilleur joueur du monde", a conclu le Libérien George Weah, premier Ballon d'Or non-européen (1994), présent à la cérémonie.

Première publication : 05/07/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)