Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama: le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

Amériques

Juan Manuel Santos, président élu en Colombie, criminel en Équateur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2010

Le président colombien élu, Juan Manuel Santos (photo), pourrait faire l'objet d'une arrestation s'il venait à se rendre en Équateur, où un mandat d'arrêt est toujours en vigueur contre lui, a confirmé le chef de l'État équatorien, Rafael Correa.

REUTERS - Le chef de l'Etat équatorien Rafael Correa a déclaré lundi que le président élu colombien, Juan Manuel Santos, risquait d'être arrêté en Equateur s'il venait à s'y rendre, car un mandat d'arrêt équatorien est toujours en vigueur contre lui.

Le mandat d'arrêt en question a été lancé à la suite du bombardement par l'armée colombienne de camps de la guérilla des Farc en Equateur en 2008, alors que Santos était ministre de la Défense. Ce mandat d'arrêt, a dit Correa dans une interview accordée à Reuters, est toujours valide.

"Un crime a été commis", a affirmé Correa, ajoutant qu'il ne pouvait pas s'immiscer dans le processus judiciaire et que Santos, qui prêtera serment en août, ne pourra pas se rendre en Equateur tant que l'affaire n'aura pas été résolue.

"C'est une honte, mais il ne pourra pas le faire tant que le mandat d'arrêt existera et que le dossier n'aura pas été classé", dit Correa dans l'interview. "Le système judiciaire est indépendant et je ne peux rien faire", ajoute-t-il.

L'Equateur et la Colombie ont décidé de certaines mesures en vue de reprendre des relations normales, mais ils n'ont pas échangé d'ambassadeurs. Correa, économiste et homme de gauche élu président en novembre 2006, reproche à Bogota de traîner des pieds sur la voie de la réconciliation.

"Ils (les Colombiens) nous doivent certains renseignements qu'ils ont promis de nous communiquer sur le bombardement, ainsi que certains ordinateurs, et cela n'a pas été fait", rappelle-t-il.

Première publication : 06/07/2010

  • COLOMBIE

    Au moins sept policiers tués en marge du second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    "Le message de Mockus passe mal dans les campagnes colombiennes"

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)